Lancement du concours étudiants et jeunes diplômés « Ecosystèmes d’enseignement extérieurs »

Délais d’inscription prolongé au 22 novembre 2021!

Afin de répondre au double enjeu d’articuler la recherche et l’enseignement, mais aussi de développer une approche prospective de l’architecture scolaire, l’équipe de recherche a lancé le 18 octobre 2021 un concours d’idées à destination des étudiant.e.s de master et jeunes diplômés en architecture du Grand-Est et du Luxembourg. Le sujet de ce concours est directement issu des premiers résultats de la recherche, suite à la phase de terrain qui a eu lieu de mars à juillet 2021.

Les espaces extérieurs, en particulier ceux des collèges, apparaissent comme des espaces à fort potentiel pour répondre non seulement aux enjeux sanitaires liés à la crise épidémique, mais également aux enjeux environnementaux et climatiques, pédagogiques et sociaux (dont ceux qui concernent le genre), qui préexistaient à ceux liés directement à la crise du Covid-19. En effet, proposer des aménagements qui permettent de se réapproprier l’extérieur des établissements scolaires, notamment pour « faire classe dehors », ouvrirait la possibilité de répondre conjointement – et plus facilement qu’en intervenant sur le bâti existant – à différents enjeux, plus difficilement conciliables au sein des bâtiments ; et notamment liés :

  • à la santé : faire classe dehors permet de réduire les risque de transmission virale aérienne, mais aussi de pallier d’autres problèmes de santé comme la myopie, qui a considérablement augmenté chez les enfants depuis les périodes de confinement[1] notamment en raison du manque de lumière naturelle et du temps accru passé sur les écrans ;
  • au bien-être : faire classe dehors permet de renouer avec un contact plus direct avec la végétation[2] (lorsqu’elle est existante et valorisable, ou en plantant et en aménageant de nouveaux espaces végétalisés[3]) et d’obtenir un niveau de confort thermique plus élevé en intersaison, lorsque les températures dans certaines classes sont déjà très élevées ;
  • à la pédagogie : faire classe dehors permet de penser à partir de pédagogies plus actives, moins dépendantes des outils numériques, et plus orientées vers les enjeux environnementaux ;
  • à l’environnement : faire classe dehors peut favoriser les enseignements en lien avec les enjeux environnementaux (climat, biodiversité, énergie, etc.), mais aussi de repenser, par l’aménagement spatial lui-même, la participation du site à la santé des écosystèmes locaux.

Tous ces enjeux peuvent ainsi être traités en proposant une intervention à la fois plus légère et plus efficace qu’une intervention sur le bâti existant, et donc de tenir compte des contraintes budgétaires importantes des collectivités.

L’équipe a donc proposé aux participant.e.s du concours de réfléchir à un « écosystème d’enseignement extérieur » qui puissent répondre conjointement à ces différents enjeux, par un aménagement adaptable à deux situations de collèges proposées.

Le concours se clôturera le 11 janvier 2022 par la tenue du jury, placé sous la présidence de la designer française Matali Crasset, pour qui la question des aménagements pédagogiques et liés aux enfants est particulièrement importante ; ainsi que le montrent ses différents projets d’écoles ou d’aménagements de médiation culturelle par exemple. Gauthier Bolle (maître de conférences en histoire et culture architecturales à l’ENSA-Strasbourg), Virginie Derveaux (architecte DPLG, enseignante à l’ENSA-Nancy et chercheure associée au LHAC), Sylvie Dousset (professeure en sciences des sols, Université de Lorraine), Charles Max (professeure en sciences de l’éducation, Université du Luxembourg), Maurice Mazalto (expert et consultant en architecture scolaire auprès des collectivités) et Benoît Sindt (architecte DPLG, membre du collectif Studiolada, enseignant à l’ENSA-Nancy) sont les sept autres membres ce jury pluridisciplinaire, qui viendront apporter chacun leur regard engagé et spécifique sur les différents projets.


[1] Comme l’a démontré une étude d’un groupe de chercheurs hongkongais publiée en mars 2021. Cf. Wang J, Li Y, Musch DC, et al., « Progression of Myopia in School-Aged Children After COVID-19 Home Confinement»  JAMA Ophthalmol, 2021, disponible en ligne : https://jamanetwork.com/journals/jamaophthalmology/fullarticle/2774808.

[2] Selon une étude publiée en 2015, la hausse de la présence de végétation dans une cour d’école peut contribuer à réduire le niveau de stress et favoriser le bien-être psychologique des élèves, ce qui a des effets favorables leur concentration et leur réussite. Cf. Kelz C, Evans GW, Röderer K, (2015), “The Restorative Effects of Redesigning the Schoolyard: A Multi-Methodological, Quasi-Experimental Study in Rural Austrian Middle Schools, Environment and Behavior”, Vol 47, Issue 2, 2015.

[3] Il a été démontré que la présence d’éléments de biophilie dans les espaces de travail favorise le bien-être et la concentration, facteurs déterminants pour la qualité des apprentissages.

 

Articuler enseignement et recherche : Le séminaire « Ecoles post-Covid-19 » à l’ENSA-Nancy

Les étudiants de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Nancy en visite dans un collège en Moselle. Photo : Virginie Derveaux

Afin de créer des liens entre la recherche et l’enseignement, Cécile Fries-Paiola et Virginie Derveaux ont organisé un séminaire de master 2 sur le thème des écoles post-covid, qui s’inscrit dans le domaine d’étude de l’ENSA-Nancy intitulé « Architecture, théorie et critique ».

Prenant appui sur les travaux et les réflexions menées dans le cadre de la recherche scientifique actuellement en cours, le séminaire se propose de poursuivre le travail de terrain engagé, en s’intéressant à un public resté relativement inaccessible : les collégiens. En effet, les élèves ont été d’une part difficiles à rencontrer au sein des établissements (contraintes d’emploi du temps par exemple), et d’autre part ont montré des difficultés à parler de l’architecture de leur collège, au cours d’un entretien (seuls ou en groupes).

Dans l’objet de faciliter l’accès au regard que les collégiens portent sur leur établissement, le séminaire a pour principal objet d’imaginer des ateliers de médiation dans quatre collèges du corpus de la recherche. Ces ateliers ont pour but d’accompagner les élèves non seulement dans la réflexion par rapport à leur propre établissement, mais aussi par rapport à un établissement idéal ; le tout, dans une perspective post Covid-19. Les étudiants du séminaire devront développer avec eux trois axes de questionnement : que pensent les élèves de leur collège ? Que souhaiteraient-ils pouvoir changer dans leur établissement ? Que serait finalement un « collège idéal » ? En ce sens, les résultats obtenus viendront également compléter les résultats de la recherche.

Cet enseignement comptera sur l’intervention d’enseignants, de chercheurs et d’invités extérieurs (notamment Maurice Mazalto, expert en architecture scolaire auprès des collectivités) issus de disciplines aussi diverses que l’architecture, la sociologie, l’histoire de l’architecture, les sciences de l’éducation, les sciences environnementales et la médiation architecturale (avec l’intervention du collectif Heruditatem, spécialisé sur le sujet). Ces interventions permettront aux étudiants d’appréhender la multiplicité des facettes de la production et de la réception de l’architecture scolaire des collèges aujourd’hui, à partir – et donc également au-delà – de la crise épidémique (considérée ici en partie comme révélatrice de problématiques plus structurelles de l’architecture scolaire).

Les étudiants préparent leur visite dans les établissements sélectionnés. Photo : Cécile Fries-Paiola

Le travail des étudiants (répartis en quatre groupes de quatre, devant chacun développer un atelier de médiation pour l’un des collèges du corpus) consistera en une visite des quatre établissements situés dans la métropole du Grand Nancy et en Moselle. Ces visites seront suivies d’une analyse architecturale de chacun des bâtiments à développer, ce qui permettra ensuite de développer des axes de travail pour l’atelier de médiation. Le 7 décembre, les quatre groupes se rendront dans le collège qu’ils auront choisi pour mettre en place l’atelier.