Articuler enseignement et recherche : Le séminaire « Ecoles post-Covid-19 » à l’ENSA-Nancy

Les étudiants de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Nancy en visite dans un collège en Moselle. Photo : Virginie Derveaux

Afin de créer des liens entre la recherche et l’enseignement, Cécile Fries-Paiola et Virginie Derveaux ont organisé un séminaire de master 2 sur le thème des écoles post-covid, qui s’inscrit dans le domaine d’étude de l’ENSA-Nancy intitulé « Architecture, théorie et critique ».

Prenant appui sur les travaux et les réflexions menées dans le cadre de la recherche scientifique actuellement en cours, le séminaire se propose de poursuivre le travail de terrain engagé, en s’intéressant à un public resté relativement inaccessible : les collégiens. En effet, les élèves ont été d’une part difficiles à rencontrer au sein des établissements (contraintes d’emploi du temps par exemple), et d’autre part ont montré des difficultés à parler de l’architecture de leur collège, au cours d’un entretien (seuls ou en groupes).

Dans l’objet de faciliter l’accès au regard que les collégiens portent sur leur établissement, le séminaire a pour principal objet d’imaginer des ateliers de médiation dans quatre collèges du corpus de la recherche. Ces ateliers ont pour but d’accompagner les élèves non seulement dans la réflexion par rapport à leur propre établissement, mais aussi par rapport à un établissement idéal ; le tout, dans une perspective post Covid-19. Les étudiants du séminaire devront développer avec eux trois axes de questionnement : que pensent les élèves de leur collège ? Que souhaiteraient-ils pouvoir changer dans leur établissement ? Que serait finalement un « collège idéal » ? En ce sens, les résultats obtenus viendront également compléter les résultats de la recherche.

Cet enseignement comptera sur l’intervention d’enseignants, de chercheurs et d’invités extérieurs (notamment Maurice Mazalto, expert en architecture scolaire auprès des collectivités) issus de disciplines aussi diverses que l’architecture, la sociologie, l’histoire de l’architecture, les sciences de l’éducation, les sciences environnementales et la médiation architecturale (avec l’intervention du collectif Heruditatem, spécialisé sur le sujet). Ces interventions permettront aux étudiants d’appréhender la multiplicité des facettes de la production et de la réception de l’architecture scolaire des collèges aujourd’hui, à partir – et donc également au-delà – de la crise épidémique (considérée ici en partie comme révélatrice de problématiques plus structurelles de l’architecture scolaire).

Les étudiants préparent leur visite dans les établissements sélectionnés. Photo : Cécile Fries-Paiola

Le travail des étudiants (répartis en quatre groupes de quatre, devant chacun développer un atelier de médiation pour l’un des collèges du corpus) consistera en une visite des quatre établissements situés dans la métropole du Grand Nancy et en Moselle. Ces visites seront suivies d’une analyse architecturale de chacun des bâtiments à développer, ce qui permettra ensuite de développer des axes de travail pour l’atelier de médiation. Le 7 décembre, les quatre groupes se rendront dans le collège qu’ils auront choisi pour mettre en place l’atelier.