L’école aujourd’hui : quels enjeux ?

/// Texte coécrit avec Melissa Bellesi

Les structures d’enseignement sont aujourd’hui, plus que jamais, confrontées à de nombreux enjeux qui dépassent largement les questions pédagogiques. Cela relève du rôle de plus en plus important qui est accordé à l’école dans la société, qui elle-même évolue et se complexifie : la structure familiale traditionnelle (mère, père, enfants) a cédé sa place à de multiples configurations dont le fonctionnement et les besoins ne sont plus les mêmes. Cette complexité est d’autant plus importante dans les territoires qui accueillent une immigration importante comme au Luxembourg, où 47,4% de la population est étrangère et – dans une moindre mesure – en Lorraine, où plusieurs vagues d’immigration se sont succédées depuis la fin du XIXe siècle[1]. La région Grand-Est, dont 8,3% de la population était issue de l’immigration en 2012[2], a été en 2016 la deuxième région de France à accueillir le plus grand nombre de migrants[3]. Dans un environnement multiculturel où cohabitent une grande diversité de langues, de religions et de coutumes, la question de l’égalité des chances devient d’autant plus centrale. Elle se pose également en termes de genre : selon une étude menée par UNICEF France, 45% des filles considèrent qu’elles ont moins de droits que les garçons, tandis que ces derniers « sont 30% à penser qu’ils ont moins de droits que les filles[5] ». Dans l’enceinte des établissements scolaires, la cour de récréation est le lieu où les inégalités entre filles et garçons sont spatialisées de la manière la plus évidente. Chaque année, de plus en plus d’écoles et de collèges réaménagent leurs cours de récréation afin de permettre une meilleure mixité des genres et une répartition plus équitable de l’espace entre filles et garçons[6].

D’autre part, l’avènement du numérique — qui innerve désormais la société — a profondément bousculé nos modes de vie et connaît un essor encore plus important depuis les périodes de confinement et la mise en place d’enseignements à distance. Largement soutenu par les gouvernements français et luxembourgeois, l’usage du numérique à l’école a pourtant montré ses limites depuis le printemps 2020. De nombreuses tribunes ont fait état des inégalités territoriales et sociales qui existent quant à l’accès au numérique, alertant sur le creusement de ces inégalités dans le contexte actuel. L’environnement bâti joue dans ce sens un rôle fondamental : les conditions de logement des élèves et étudiants du supérieur n’offrent pas toujours un environnement propice aux apprentissages. Cette conjoncture renvoi bien entendu à des problèmes, plus structurels, que sont la pénurie de logements et la qualité des logements disponibles sur le marché. L’épuisement manifesté par les enseignants et étudiants de l’enseignement supérieur a également montré que l’enseignement à distance, même en s’appuyant sur des outils numériques très sophistiqués, ne saurait se substituer à l’enseignement en présentiel.

Aux différents enjeux contemporains auxquels doivent quotidiennement faire face les structures d’enseignement, sont venues s’ajouter les difficultés liées à la mise en place des protocoles sanitaires dans le cadre de la pandémie actuellement en cours. Cette situation de crise a mis en évidence la faible capacité d’adaptation de l’architecture scolaire alors qu’en matière d’apprentissage l’environnement bâti a un impact particulièrement important sur ses usagers. C’est pourquoi, il est important d’inclure les établissements scolaires dans un raisonnement plus large que celui de son édifice, de le cerner à l’échelle de son quartier comme élément d’impulsion pour toute une dynamique connexe. Connexe, car l’école se doit d’être connectée avec son environnement proche en offrant une certaine perméabilité de ses ressources. En témoignent des expérimentations comme celle menée à Nancy où la municipalité a engagé la végétalisation des cours de récréation, non seulement dans un but pédagogique et environnemental, mais aussi pour que celles-ci soient accessibles aux habitants en dehors des temps scolaires ;  ou du projet de Cours oasis, mené par le C.A.U.E. de Paris en partenariat avec la municipalité, pour promouvoir une transformation de fond des cours d’école, dans une démarche orientée vers le développement durable et le bien-être des enfants et adolescents.

Enfin, en tant que lieu où se forment les futurs citoyens et acteurs de notre société, l’environnement scolaire et son architecture se doivent d’être exemplaires en matière de durabilité, tant dans sa conception et sa mise en œuvre que dans son fonctionnement. Des expériences, comme celle menée à Saint-Mards-de-Blacarville (Eure) où l’école primaire est chauffée au miscanthus, une herbe africaine produite localement, renouvelable et peu polluante, montre que les établissements scolaires peuvent être aussi des leviers de la transition énergétique.


[1] Boubeker Ahmed, Galloro Piero-Dominique, « Histoire des immigrations en Lorraine », dans : Hommes et Migrations, n°1273, Mai-juin 2008. Histoires des immigrations. Panorama régional, p. 74-94.

[2] Sylvie Grcic, Dominique Kelhetter, Sophie Rivière, « Les immigrés vivent plus souvent le long de la frontière et dans les grands pôles urbains », dans Insee Analyses, Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, n°14, juillet 2016.

[3] Loreline Court, « Répartition départementale des immigrés en 2016 », dans : Infos migrations, n°100, Octobre 2020. Ministère de l’intérieur, Direction générale des étrangers en France, Département des statistiques, des études et de la documentation,  p. 1-4.

[4] UNICEF France, Consultation nationale 2018 des 6/18 ans, « Quel genre de vie ? Filles et garçons : inégalités, harcèlements, relations », Synthèse, novembre 2018.

[5] Op. cit., p. 8.

[6] https://www.nancy.fr/a-la-une-109/les-cours-d-ecoles-vont-se-vegetaliser-19052.html?cHash=8abbfce565bd0ad644b6d749f1fa2666