Potentiel environnemental et paysager des espaces extérieurs : diagnostic de quatre collèges de Nancy et de la Moselle

L’enquête de terrain menée début 2021 dans une douzaine d’établissements scolaires de la métropole de Nancy et dans le département de la Moselle a montré qu’une part importante des espaces extérieurs est sous-exploitée. Pourtant, ce sont la plupart du temps des espaces avec un grand potentiel paysager et environnemental, qui pourraient offrir un cadre de choix pour des activités pédagogiques, en particulier celles axées sur les questions de l’égalité des genres et du développement durable. 

Pendant les vagues les plus critiques de la crise sanitaire, certains enseignants ont opté pour l’enseignement en extérieur (Cf. article publié le 7 février 2021 « Covid-19 : le retour de l’enseignement de Plein air »), notamment afin de pallier à l’exigüité des locaux et toutes les difficultés inhérentes à l’aération nécessaire des salles de classe. Ils ont alors été confrontés au manque d’aménagement de ces espaces extérieurs, difficilement appropriables pour enseigner et pour apprendre. 

Dans la suite des réflexions engagées sur les espaces extérieurs dans le cadre du séminaire Écoles post-Covid et du concours Écosystèmes d’enseignement extérieur, deux étudiantes stagiaires de l’Université de Lorraine, en licence d’aménagement et en master de géographie, vont réaliser sous la direction de Sylvie Dousset (professeure à l’Université de Lorraine, chercheure au LIEC), un diagnostic environnemental et paysager des espaces extérieurs de quatre collèges, qui aboutira à des recommandations en termes d’aménagement et de plantations en adéquation avec les caractéristiques de ces lieux. 

Afin de mettre en place la première étape de ce diagnostic, qui consiste à établir le profil du sol, les deux stagiaires et leur tutrice se sont d’ores et déjà rendues sur le terrain pour réaliser des forages afin d’analyser la structure et la composition du sol, ce qui leur permettra ensuite de définir quelles sont les végétaux les plus appropriés à planter sur le site. Cette première étape sera suivie de quatre ateliers avec des collégiens de chaque établissement, dont l’objectif sera de définir leurs attentes en termes d’aménagements et d’usages pour ces espaces afin de dégager de futures orientations de projet.        

Résultats du concours « Écosystèmes d’enseignement extérieurs »

Simon Obriot & Amélie Rabaça ont remporté le 1er prix avec leur projet Vice versa.

/// Article co-écrit avec Virginie Derveaux

Pendant la journée du 8 mars, s’est déroulé à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy (ENSA-Nancy) le jury du concours « Écosystèmes d’enseignement extérieurs » auquel ont participé des étudiants et jeunes diplômés des écoles d’architecture de la Région Grand-Est et du Luxembourg. La cérémonie de remise des prix, à laquelle ont été invités tous les participants, a eu lieu dans les locaux de l’ENSA-Nancy et a compté avec la présence des membres du jury, des chercheures de l’équipe Résilience Grand-Est et des représentants des différentes institutions partenaires. 

Le jury, présidé par la designer de renommée internationale matali crasset, était composé de Gauthier Bolle (architecte DPLG, maître de conférences en histoire et culture architecturales à l’ENSA-Strasbourg, chercheur à l’ARCHE), Virginie Derveaux (architecte DPLG, enseignante à l’ENSA-Nancy, chercheure associée au LHAC), Sylvie Dousset (Professeure en sciences des sols, Université de Lorraine, chercheure au LIEC), Charles Max (Professeur en sciences de l’éducation, Université de Luxembourg, chercheur au SnT), Maurice Mazalto (expert et consultant en architecture scolaire auprès des collectivités) et Benoît Sindt (architecte DPLG, enseignant à l’ENSA-Nancy). 

Les échanges nourris entre les membres du jury issus de divers univers et formations ont animé un débat soutenu sur plusieurs sujets comme la diversité des formes d’enseignement et les configurations spatiales qui permettraient à la fois la mise en place d’espaces de travail en petits groupes ou par classe entière. La dimension climatique des projets a été questionnée ainsi que leur approche constructive. La thématique du sol et du rapport que l’on entretient avec celui-ci a été au cœur des discussions, et s’est rapidement posé la question suivante : qu’est-ce qui fait lieu ? Et par extension qu’est-ce qui fait lieu pour apprendre ? Quel rapport au végétal peut offrir un dispositif ou une construction légère qui donnerait la possibilité d’enseigner à l’extérieur ?

Le premier prix a été attribué à l’unanimité du jury à un projet qui propose un dispositif adaptable largement ouvert sur son environnement sur la base d’un système de panneaux pivotants permettant plusieurs configurations spatiales.

À l’issu des délibérations :

• le 1er prix a été attribué au projet Vice Versa, soumis par Simon Obriot, étudiant de master 2 à l’ENSA-Strasbourg et Amélie Rabaça diplômée de l’ENSA-Strasbourg ; 

• le 2ème prix a été attribué au projet Pergol’air, soumis par Élie Croizié Hocquet et Zineb Tounesi, étudiants de master 2 à l’ENSA-Nancy ;

• le 3ème prix a été attribué au projet Walden, la scène des sens, soumis par Richard Pister, Louis Sutter et Anatole Gorin, diplômés de l’ENSA-Strasbourg ;

• les 2 mentions spéciales ont été décernées au projet Platerforme, soumis par Merwann Krati et Enzo Nicolle, diplômés de l’ENSA-Nancy, et Camille Lafrogne, diplômée de l’Université de Lorraine ; et au projet Inside out, soumis par Desmond Bast, diplômé de l’UniLu, avec Alborz Teymoorzadeh et Mattea Wehage, étudiants de master 2 à l’UniLu. 

Vice versa l Simon Obriot & Amélie Rabaça.
Pergol’air l Élie Croizié Hocquet et Zineb Tounesi.
Walden, la scène des sens l Richard Pister, Louis Sutter et Anatole Gorin

Les 5 projets lauréats seront réalisés en maquette par leurs auteurs au sein de l’atelier SMLXL de l’ENSA-Nancy, qui prendra en charge la fourniture des matériaux. Les maquettes seront présentées lors d’une exposition qui rassemblera les planches de rendu du concours dont la programmation est en cours.

Toutes nos félicitations aux équipes lauréates et nos plus chaleureux remerciements à tous les participants, aux membres du jury, aux établissements partenaires et aux institutions qui ont soutenu financièrement cette compétition : la DRAC Grand-Est, la Maison de l’architecture de Lorraine, le master en Architecture de l’Université du Luxembourg.

Les élèves réfléchissent à l’Ecole post-Covid : les ateliers de médiation de l’ENSA-Nancy

Les élèves du collège Guynemer de Nancy repèrent sur un plan et des coupes les points de vue des photos. Photo : Virginie Derveaux

Les ateliers de médiation préparés par les étudiants du master « Ecoles post-Covid » de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy, se sont déroulés simultanément le 7 janvier dernier dans quatre collèges de Nancy (2) et de la Moselle (2).

Les différents exercices proposés aux élèves avaient pour but, dans un premier temps, de les familiariser avec les outils propres aux architectes (plans, coupes, perspectives, maquette, etc.). Il s’agissait ensuite de les faire exprimer leur ressenti vis-à-vis de l’architecture de leur établissement scolaire et qu’ils s’interrogent sur les qualités spatiales des lieux qu’ils fréquentent au quotidien, pour les amener à réfléchir à de possibles aménagements qui pourraient contribuer à améliorer leur vécu de l’espace scolaire.

Les élèves du collège Jean Mermoz à Nancy apprennent à dessiner une perspective à l’aide d’un Rhodoïd pour ensuite projeter des aménagements dans les espaces extérieurs de leur établissement. Photos : Maribel Casas

A l’issu de ces ateliers, les étudiants produiront un document de synthèse où ils évoqueront les problématiques abordées par les élèves, les raisons qui font que certains lieux leur sont agréables à vivre et pourquoi il y en a d’autres qu’ils apprécient moins. L’ensemble de ces données contribuera à nourrir la vision prospective que nous souhaitons développer dans le cadre de la recherche sur les établissements scolaires en contexte épidémique, actuellement en cours. 

Les élèves du collège Jean Lamour de Nancy s’interrogent sur les matériaux qui composent le bâtiment qui abrite leur institution. Photo : Melissa Bellesi
Les élèves de la cité scolaire Charles Hermite à Dieuze retranscrivent leurs parcours quotidiens sur un plan et identifient les endroits qu’ils apprécient le moins et le plus dans leur établissement. Photo : Cécile Fries-Paiola

Lancement du concours étudiants et jeunes diplômés « Ecosystèmes d’enseignement extérieurs »

Délais d’inscription prolongé au 22 novembre 2021!

Afin de répondre au double enjeu d’articuler la recherche et l’enseignement, mais aussi de développer une approche prospective de l’architecture scolaire, l’équipe de recherche a lancé le 18 octobre 2021 un concours d’idées à destination des étudiant.e.s de master et jeunes diplômés en architecture du Grand-Est et du Luxembourg. Le sujet de ce concours est directement issu des premiers résultats de la recherche, suite à la phase de terrain qui a eu lieu de mars à juillet 2021.

Les espaces extérieurs, en particulier ceux des collèges, apparaissent comme des espaces à fort potentiel pour répondre non seulement aux enjeux sanitaires liés à la crise épidémique, mais également aux enjeux environnementaux et climatiques, pédagogiques et sociaux (dont ceux qui concernent le genre), qui préexistaient à ceux liés directement à la crise du Covid-19. En effet, proposer des aménagements qui permettent de se réapproprier l’extérieur des établissements scolaires, notamment pour « faire classe dehors », ouvrirait la possibilité de répondre conjointement – et plus facilement qu’en intervenant sur le bâti existant – à différents enjeux, plus difficilement conciliables au sein des bâtiments ; et notamment liés :

  • à la santé : faire classe dehors permet de réduire les risque de transmission virale aérienne, mais aussi de pallier d’autres problèmes de santé comme la myopie, qui a considérablement augmenté chez les enfants depuis les périodes de confinement[1] notamment en raison du manque de lumière naturelle et du temps accru passé sur les écrans ;
  • au bien-être : faire classe dehors permet de renouer avec un contact plus direct avec la végétation[2] (lorsqu’elle est existante et valorisable, ou en plantant et en aménageant de nouveaux espaces végétalisés[3]) et d’obtenir un niveau de confort thermique plus élevé en intersaison, lorsque les températures dans certaines classes sont déjà très élevées ;
  • à la pédagogie : faire classe dehors permet de penser à partir de pédagogies plus actives, moins dépendantes des outils numériques, et plus orientées vers les enjeux environnementaux ;
  • à l’environnement : faire classe dehors peut favoriser les enseignements en lien avec les enjeux environnementaux (climat, biodiversité, énergie, etc.), mais aussi de repenser, par l’aménagement spatial lui-même, la participation du site à la santé des écosystèmes locaux.

Tous ces enjeux peuvent ainsi être traités en proposant une intervention à la fois plus légère et plus efficace qu’une intervention sur le bâti existant, et donc de tenir compte des contraintes budgétaires importantes des collectivités.

L’équipe a donc proposé aux participant.e.s du concours de réfléchir à un « écosystème d’enseignement extérieur » qui puissent répondre conjointement à ces différents enjeux, par un aménagement adaptable à deux situations de collèges proposées.

Le concours se clôturera le 11 janvier 2022 par la tenue du jury, placé sous la présidence de la designer française Matali Crasset, pour qui la question des aménagements pédagogiques et liés aux enfants est particulièrement importante ; ainsi que le montrent ses différents projets d’écoles ou d’aménagements de médiation culturelle par exemple. Gauthier Bolle (maître de conférences en histoire et culture architecturales à l’ENSA-Strasbourg), Virginie Derveaux (architecte DPLG, enseignante à l’ENSA-Nancy et chercheure associée au LHAC), Sylvie Dousset (professeure en sciences des sols, Université de Lorraine), Charles Max (professeure en sciences de l’éducation, Université du Luxembourg), Maurice Mazalto (expert et consultant en architecture scolaire auprès des collectivités) et Benoît Sindt (architecte DPLG, membre du collectif Studiolada, enseignant à l’ENSA-Nancy) sont les sept autres membres ce jury pluridisciplinaire, qui viendront apporter chacun leur regard engagé et spécifique sur les différents projets.


[1] Comme l’a démontré une étude d’un groupe de chercheurs hongkongais publiée en mars 2021. Cf. Wang J, Li Y, Musch DC, et al., « Progression of Myopia in School-Aged Children After COVID-19 Home Confinement»  JAMA Ophthalmol, 2021, disponible en ligne : https://jamanetwork.com/journals/jamaophthalmology/fullarticle/2774808.

[2] Selon une étude publiée en 2015, la hausse de la présence de végétation dans une cour d’école peut contribuer à réduire le niveau de stress et favoriser le bien-être psychologique des élèves, ce qui a des effets favorables leur concentration et leur réussite. Cf. Kelz C, Evans GW, Röderer K, (2015), “The Restorative Effects of Redesigning the Schoolyard: A Multi-Methodological, Quasi-Experimental Study in Rural Austrian Middle Schools, Environment and Behavior”, Vol 47, Issue 2, 2015.

[3] Il a été démontré que la présence d’éléments de biophilie dans les espaces de travail favorise le bien-être et la concentration, facteurs déterminants pour la qualité des apprentissages.

 

Articuler enseignement et recherche : Le séminaire « Ecoles post-Covid-19 » à l’ENSA-Nancy

Les étudiants de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Nancy en visite dans un collège en Moselle. Photo : Virginie Derveaux

Afin de créer des liens entre la recherche et l’enseignement, Cécile Fries-Paiola et Virginie Derveaux ont organisé un séminaire de master 2 sur le thème des écoles post-covid, qui s’inscrit dans le domaine d’étude de l’ENSA-Nancy intitulé « Architecture, théorie et critique ».

Prenant appui sur les travaux et les réflexions menées dans le cadre de la recherche scientifique actuellement en cours, le séminaire se propose de poursuivre le travail de terrain engagé, en s’intéressant à un public resté relativement inaccessible : les collégiens. En effet, les élèves ont été d’une part difficiles à rencontrer au sein des établissements (contraintes d’emploi du temps par exemple), et d’autre part ont montré des difficultés à parler de l’architecture de leur collège, au cours d’un entretien (seuls ou en groupes).

Dans l’objet de faciliter l’accès au regard que les collégiens portent sur leur établissement, le séminaire a pour principal objet d’imaginer des ateliers de médiation dans quatre collèges du corpus de la recherche. Ces ateliers ont pour but d’accompagner les élèves non seulement dans la réflexion par rapport à leur propre établissement, mais aussi par rapport à un établissement idéal ; le tout, dans une perspective post Covid-19. Les étudiants du séminaire devront développer avec eux trois axes de questionnement : que pensent les élèves de leur collège ? Que souhaiteraient-ils pouvoir changer dans leur établissement ? Que serait finalement un « collège idéal » ? En ce sens, les résultats obtenus viendront également compléter les résultats de la recherche.

Cet enseignement comptera sur l’intervention d’enseignants, de chercheurs et d’invités extérieurs (notamment Maurice Mazalto, expert en architecture scolaire auprès des collectivités) issus de disciplines aussi diverses que l’architecture, la sociologie, l’histoire de l’architecture, les sciences de l’éducation, les sciences environnementales et la médiation architecturale (avec l’intervention du collectif Heruditatem, spécialisé sur le sujet). Ces interventions permettront aux étudiants d’appréhender la multiplicité des facettes de la production et de la réception de l’architecture scolaire des collèges aujourd’hui, à partir – et donc également au-delà – de la crise épidémique (considérée ici en partie comme révélatrice de problématiques plus structurelles de l’architecture scolaire).

Les étudiants préparent leur visite dans les établissements sélectionnés. Photo : Cécile Fries-Paiola

Le travail des étudiants (répartis en quatre groupes de quatre, devant chacun développer un atelier de médiation pour l’un des collèges du corpus) consistera en une visite des quatre établissements situés dans la métropole du Grand Nancy et en Moselle. Ces visites seront suivies d’une analyse architecturale de chacun des bâtiments à développer, ce qui permettra ensuite de développer des axes de travail pour l’atelier de médiation. Le 7 décembre, les quatre groupes se rendront dans le collège qu’ils auront choisi pour mettre en place l’atelier.

Architecture scolaire : donner l’impulsion pour des pédagogies différentes

Tout d’abord, nous souhaiterions éclaircir le vocabulaire employé dans ce billet. Nous parlerons principalement de pédagogies différentes, et ce, afin d’être plus inclusives qu’en employant le terme d’alternatif. Pourtant, on peut définir les pédagogies alternatives comme des pédagogies se différenciant de la méthode dite « classique » d’enseignement par des méthodes qualifiées (à juste titre ou non, nous y reviendrons) d’innovantes par leur capacité à évoluer afin de s’adapter aux changements sociétaux, aux enjeux à venir, et aux nouveaux environnements.  

Si l’on retient cette définition, il est alors important de noter que le corpus des pédagogies « alternatives » n’est pas seulement constitué par des pratiques labellisées et définies sous un cahier des charges philosophique à respecter pour pouvoir se prévaloir de cette appellation (Montessori, Frénet, Steiner…), mais aussi par des méthodes qui se différencient de l’approche traditionnelle, et qui ont été mises en place par des enseignants de l’Éducation Nationale avec succès, sans pour autant chercher à correspondre spécifiquement à une définition ou à une philosophie existante, mais plutôt en puisant dans ces pratiques afin de les adapter à des besoins ou des spécificités territoriales.

En ce qui concerne le terme d’innovation, le fait que certaines pratiques qualifiées d’innovantes existent de fait depuis l’Antiquité (les apprentissages par la pratique ou encore la classe inversée, par exemple) nous a conduit à ne l’employer que lorsque les dites pratiques pédagogiques se combinent à des pratiques spatiales mêlant des qualités d’adaptabilité et de flexibilité différant des usages traditionnels. En effet, sans cette condition, des pratiques limitées dans le temps telles que le fonctionnement par projet, même ponctuel, ou l’entretien du matin instauré par certains enseignants pourraient suffire à qualifier la méthode d’innovante. Or, ici nous insistons sur un fonctionnement global différant des méthodes classiques et embrayant sur des usages spatiaux spécifiques[1]. Actuellement, innover est devenu d’autant plus difficile du fait que les changements de la société et de nos modes de vie se sont considérablement accélérés. En ce sens, il pourrait même bien ne plus suffire d’innover pour s’adapter, et il semble d’emblée nécessaire d’anticiper, de chercher l’intemporel, le flexible et plus uniquement dans le mobilier ou la classe mais également dans les apprentissages. Or, les systèmes éducatifs semblent d’ores et déjà avoir des difficultés à intégrer des urgences fondamentales, comme celle des enjeux environnementaux ou encore du bien-être des occupants.

C’est ici, pourtant, que l’espace architectural peut avoir un rôle important à jouer afin de parvenir à faire de ces « pédagogies alternatives » des pédagogies tout court, répandues, adaptables et adaptées en fonction du profil sociétal, des lieux géographiques, etc.

Si l’espace scolaire ne peut pas, à lui tout seul, modifier la pédagogie de ceux qui l’habitent professionnellement[2], il peut, à défaut d’embrayer des comportements nouveaux et complètement différents, accompagner et favoriser une pédagogie différente – ou du moins ne pas l’entraver afin d’en faciliter la pratique et, donc, l’initiation.

En effet, si l’on regarde du côté des pédagogies alternatives que nous dirons « labellisées », toutes définissent avec détail une architecture spécifique, une charte qui leur est propre. En somme, leur fonctionnement n’est pas indépendant d’une typologie spatiale. Dans les faits, ces pédagogies peuvent rarement s’épanouir dans des espaces conçus spécifiquement pour elles et suivant leur cahier des charges, ce qui laisse à penser que toute méthode peut être possible même dans des espaces qui ne sont pas appropriés. Cependant, force est de constater que les écoles labellisées « bricolent » toujours l’espace afin de tendre vers cet idéal. Au Luxembourg, l’installation de l’école Montessori dans une maison n’est pas anodine. Des espaces moins séquencés que dans un bâtiment scolaire ou institutionnel classique, avec une plus grande diversité dans leurs dimensionnements, l’accès à un vrai jardin et non pas à une cour, sont autant d’éléments qui peuvent palier à l’absence d’un bâtiment répondant exactement aux attentes de la méthode explicitée. Pour Maurice Mazalto[3], cela montre que c’est finalement l’espace qui est à réinterroger.  

Une visite rapide dans des établissements « innovants » permet de constater qu’un bon nombre de dispositifs spatiaux, comme les chemins visuels, finissent volontairement occultés par des meubles ou des travaux d’élèves et certaines cloisons coulissantes ne sont finalement jamais ouvertes… tandis que, dans des établissements plus « classiques », certains espaces a priori inappropriés donnent pourtant naissance à des projets pédagogiques alternatifs qui fonctionnent. En témoigne l’expérimentation présentée par Valérie Charrier et Nicolas Valadeau au colloque international « Le monde des enfants et leur bien-être »[4] dans laquelle une école maternelle nichée dans une annexe communale, dont l’architecture historique n’était pas particulièrement flexible, a réussi, tout en maîtrisant et en limitant un maximum les coûts, à mettre en place une gymnastique pédagogique où les enfants trouvent la liberté de vaquer de salle en salle en fonction de leurs envies et capacités face aux activités proposées.

Ainsi, si on ne peut pas prétendre de réinventer les pratiques par le seul biais de l’architecture, force est de constater que, pour enseigner différemment, il est toujours nécessaire de travailler l’espace, et que certaines tentatives ne peuvent tout simplement pas aboutir ou pas telles qu’espérées faute de moyens pour le transformer suffisamment. C’est pourquoi, avant de demander aux enseignants et aux pédagogies d’innover, aux manières d’enseigner de devenir différentes, plus actuelles ou plus adaptées, il serait souhaitable – voire absolument nécessaire – de repenser les espaces pour qu’ils ne constituent pas le premier frein aux volontés enthousiastes. 


[1] À noter que la question de l’efficacité des pédagogies classiques ou différentes dépend de la combinaison des méthodes employées, les premiers vrais retours scientifiques sur cette question montrant que beaucoup de pratiques plébiscitées peuvent se révéler soit efficaces, soit délétères aux apprentissages selon le moment et la manière dont elles ont été appliquées, Nous reviendrons sur ce point dans un prochain billet.  

[2] Lire à ce sujet : Marie-Claude Derouet-Besson, Les murs de l’école. Éléments de réflexion sur l’espace scolaire, éd. Métailié, 1998.

[3] Echange du 1er septembre 2019 avec Maurice Mazalto dans le cadre du projet SCASE 21. Propos recueillis par Mellissa Bellesi.

[4] Colloque international « Le monde des enfants et leur bien-être. Accompagner le développement de tous les enfants », 20 & 21 juin 2019, Nantes.

Rentrée des classes et reprise du travail de terrain

/// Texte coécrit avec Cécile Fries-Paiola

Alors que les élèves des écoles primaires sont retournés en classe encadrés par un nouveau protocole sanitaire[1] après 3 semaines de pause[2], notre équipe se prépare à poursuivre l’enquête de terrain engagée dans plusieurs établissements de la métropole du Grand Nancy avant la fermeture pour les vacances de Pâques.

Virginie Derveaux et Cécile Fries-Paiola se sont rendues au collège Jean Lamour à Nancy, au collège La Fontaine à Laxou et à l’école élémentaire Jules Ferry à Malzéville accompagnées du photographe Bruno Comtesse, chargé de documenter le travail de terrain. Dans tous ces établissements, des relevés, des observations et des entretiens ont été réalisés afin de saisir concrètement ce qu’aura représenté en termes de fonctionnement l’application des protocoles sanitaires pour les établissements scolaires. Nous avons pu ainsi constater qu’une partie importante des difficultés que rencontrent ces établissements dans la gestion de la pandémie sont notamment liés à des problématiques plus structurelles – comme l’inadéquation entre l’architecture scolaire et l’évolution de l’organisation des formations et de la gestion du temps scolaire ­– mais aussi à un certain nombre de choix architecturaux qui sont, depuis des décennies, contraints par un très lourd arsenal réglementaire et un cadre économique très restreint. Nous avons pu également identifier quels sont les espaces qui, par leur caractéristiques, constituent des points névralgiques en ce qui concerne la gestion des flux et le respect de la distanciation sociale, ainsi qu’en termes d’entretien ; le nettoyage et la désinfection des locaux et du mobilier étant devenus un des points centraux dans la gestion de la crise sanitaire.

A cette date, nous avons obtenu des accords de principe pour accéder à huit autres établissements situés à au sein de la Métropole du Grand Nancy, mais aussi en Moselle, dans les Vosges et au Luxembourg. Vingt-trois établissements étaient ciblés initialement : ce corpus devrait très certainement atteint d’ici le début du mois de juillet. Nous poursuivrons ainsi cette enquête de terrain jusqu’à la pause des vacances d’été ou jusqu’à ce que le contexte sanitaire nous le permette.


[1] https://www.education.gouv.fr/covid19-mesures-pour-les-ecoles-colleges-et-lycees-modalites-pratiques-continuite-pedagogique-et-305467

[2]  Dont une semaine d’enseignement à distance et deux semaines de vacances.

L’impact de la Covid-19 sur le milieu scolaire luxembourgeois

Dans sa newletter du 5 mars 2021, le ministère de l’Éducation nationale du Luxembourg a diffusé les résultats d’une enquête réalisée au mois de janvier 2021 auprès de 1.350 enseignants et 4.200 parents. Les questions portaient sur la manière dont ils ont vécu la crise sanitaire actuellement en cours ainsi que ses éventuelles conséquences.

Selon l’analyse du ministère :

Il ressort clairement que tant les enseignants que les parents se sentent plus stressés par la pandémie actuelle (91% parmi les enseignants et 79% parmi les parents).

PARENTS

La grande majorité des parents ont indiqué que leurs enfants ont déjà eu un apprentissage à distance au cours de cette année scolaire. 70% étaient d’avis que leurs enfants s’étaient bien adaptés à la nouvelle situation. À l’école primaire en particulier, les parents ont dû prêter main-forte à l’apprentissage de leurs enfants.

69% sont préoccupés de façon générale par les progrès scolaires des enfants. Dans les écoles secondaires en particulier, les parents s’inquiètent des diplômes de leurs enfants ou du risque de décrochage.

De nombreux parents (82%) sont préoccupés par le bien-être, ainsi que par la santé de leurs enfants, notamment le temps qu’ils passent avec les médias numériques.

Environ deux tiers des parents se sentent bien informés dans le cadre de la gestion de crise, notamment par les enseignants de leurs enfants, les conférences de presse et la newsletter du ministère de l’Éducation.

La grande majorité des parents sont d’avis que l’école est essentielle et que tous les efforts doivent être mobilisés afin de maintenir les écoles ouvertes. Une majorité nette est également d’accord avec l’affirmation selon laquelle les mesures prises à l’école sont adaptées et ils estiment que leurs enfants sont bien protégés à l’école.

Ces résultats montrent que, même si la plupart des enfants font preuve d’une grande adaptabilité, la pandémie a malgré tout provoqué une augmentation considérable du stress chez les enseignants comme chez les parents, qui s’inquiètent notamment de la réussite de leurs enfants, de leur bien-être, tout comme de l’impact que peut avoir l’usage prolongé et par moment quasi-exclusif du numérique sur leur santé.

L’étude COVID-Kids, menée par l’Université du Luxembourg avec le soutien d’UNICEF Lëtzebuerg, qui avait pour but d’analyser « les expériences subjectives des enfants âgés de 6 à 16 ans par rapport à leur bien-être et leur temps passé à la maison pendant la première vague de la pandémie (de mai à juillet 2020)[1] », est dans ce sens éclairante. Les résultats de l’enquête, menée auprès de 680 enfant à travers un questionnaire en ligne et de 22 enfants par le biais d’entretiens réalisés au Luxembourg (une partie des entretiens est visible sur la page COVID-Kids), montre notamment que « la satisfaction dans la vie des enfants a significativement diminué[2] » : s’ils étaient 96% à avoir déclaré être satisfaits, voire très satisfaits de leur vie avant la pandémie, ils n’étaient plus que 67% après l’avènement de la crise sanitaire. Leur satisfaction à l’égard de l’école a également considérablement chuté : alors qu’ils étaient 91% dans l’enseignement fondamental à se dire satisfaits, voire très satisfaits de leur contexte scolaire, ce chiffre descend à 76% pendant la pandémie. On constate un écart encore plus important dans le secondaire, où 84% des élèves se disaient satisfaits, voire très satisfaits de leur école, contre seulement 62% pendant la pandémie.

Les auteurs de l’étude ont également identifié certains groupes d’enfants qui ont montré des niveaux de bien-être émotionnel plus faibles que les autres. On compte parmi eux les enfants plus âgés, les enfants issus de milieux socio-économiques défavorisés ainsi que les filles. On ne peut donc que constater que la pandémie a considérablement contribué à creuser des inégalités préexistantes.

Il s’agit là des premiers constats avérés de l’impact de cette pandémie et des dispositifs qu’elle oblige à mettre en œuvre sur les enfants et leur environnement. D’autres études suivront sûrement et mettront probablement en lumière des éléments nouveaux. Dans l’attente de ces données, il reste à souhaiter que la situation s’améliore afin de ne pas cumuler une somme trop lourde de conséquences sur le psychisme des enfants.


[1] Université du Luxembourg, Bien-être subjectif et expériences quotidiennes des enfants de 6 à 16 ans pendant la première vague de la pandémie COVID-19 au Luxembourg : un rapport du projet COVID-Kids, 2020, p. 9.

[2] Op. cit., p. 7.

L’école aujourd’hui : quels enjeux ?

/// Texte coécrit avec Melissa Bellesi

Les structures d’enseignement sont aujourd’hui, plus que jamais, confrontées à de nombreux enjeux qui dépassent largement les questions pédagogiques. Cela relève du rôle de plus en plus important qui est accordé à l’école dans la société, qui elle-même évolue et se complexifie : la structure familiale traditionnelle (mère, père, enfants) a cédé sa place à de multiples configurations dont le fonctionnement et les besoins ne sont plus les mêmes. Cette complexité est d’autant plus importante dans les territoires qui accueillent une immigration importante comme au Luxembourg, où 47,4% de la population est étrangère et – dans une moindre mesure – en Lorraine, où plusieurs vagues d’immigration se sont succédées depuis la fin du XIXe siècle[1]. La région Grand-Est, dont 8,3% de la population était issue de l’immigration en 2012[2], a été en 2016 la deuxième région de France à accueillir le plus grand nombre de migrants[3]. Dans un environnement multiculturel où cohabitent une grande diversité de langues, de religions et de coutumes, la question de l’égalité des chances devient d’autant plus centrale. Elle se pose également en termes de genre : selon une étude menée par UNICEF France, 45% des filles considèrent qu’elles ont moins de droits que les garçons, tandis que ces derniers « sont 30% à penser qu’ils ont moins de droits que les filles[5] ». Dans l’enceinte des établissements scolaires, la cour de récréation est le lieu où les inégalités entre filles et garçons sont spatialisées de la manière la plus évidente. Chaque année, de plus en plus d’écoles et de collèges réaménagent leurs cours de récréation afin de permettre une meilleure mixité des genres et une répartition plus équitable de l’espace entre filles et garçons[6].

D’autre part, l’avènement du numérique — qui innerve désormais la société — a profondément bousculé nos modes de vie et connaît un essor encore plus important depuis les périodes de confinement et la mise en place d’enseignements à distance. Largement soutenu par les gouvernements français et luxembourgeois, l’usage du numérique à l’école a pourtant montré ses limites depuis le printemps 2020. De nombreuses tribunes ont fait état des inégalités territoriales et sociales qui existent quant à l’accès au numérique, alertant sur le creusement de ces inégalités dans le contexte actuel. L’environnement bâti joue dans ce sens un rôle fondamental : les conditions de logement des élèves et étudiants du supérieur n’offrent pas toujours un environnement propice aux apprentissages. Cette conjoncture renvoi bien entendu à des problèmes, plus structurels, que sont la pénurie de logements et la qualité des logements disponibles sur le marché. L’épuisement manifesté par les enseignants et étudiants de l’enseignement supérieur a également montré que l’enseignement à distance, même en s’appuyant sur des outils numériques très sophistiqués, ne saurait se substituer à l’enseignement en présentiel.

Aux différents enjeux contemporains auxquels doivent quotidiennement faire face les structures d’enseignement, sont venues s’ajouter les difficultés liées à la mise en place des protocoles sanitaires dans le cadre de la pandémie actuellement en cours. Cette situation de crise a mis en évidence la faible capacité d’adaptation de l’architecture scolaire alors qu’en matière d’apprentissage l’environnement bâti a un impact particulièrement important sur ses usagers. C’est pourquoi, il est important d’inclure les établissements scolaires dans un raisonnement plus large que celui de son édifice, de le cerner à l’échelle de son quartier comme élément d’impulsion pour toute une dynamique connexe. Connexe, car l’école se doit d’être connectée avec son environnement proche en offrant une certaine perméabilité de ses ressources. En témoignent des expérimentations comme celle menée à Nancy où la municipalité a engagé la végétalisation des cours de récréation, non seulement dans un but pédagogique et environnemental, mais aussi pour que celles-ci soient accessibles aux habitants en dehors des temps scolaires ;  ou du projet de Cours oasis, mené par le C.A.U.E. de Paris en partenariat avec la municipalité, pour promouvoir une transformation de fond des cours d’école, dans une démarche orientée vers le développement durable et le bien-être des enfants et adolescents.

Enfin, en tant que lieu où se forment les futurs citoyens et acteurs de notre société, l’environnement scolaire et son architecture se doivent d’être exemplaires en matière de durabilité, tant dans sa conception et sa mise en œuvre que dans son fonctionnement. Des expériences, comme celle menée à Saint-Mards-de-Blacarville (Eure) où l’école primaire est chauffée au miscanthus, une herbe africaine produite localement, renouvelable et peu polluante, montre que les établissements scolaires peuvent être aussi des leviers de la transition énergétique.


[1] Boubeker Ahmed, Galloro Piero-Dominique, « Histoire des immigrations en Lorraine », dans : Hommes et Migrations, n°1273, Mai-juin 2008. Histoires des immigrations. Panorama régional, p. 74-94.

[2] Sylvie Grcic, Dominique Kelhetter, Sophie Rivière, « Les immigrés vivent plus souvent le long de la frontière et dans les grands pôles urbains », dans Insee Analyses, Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, n°14, juillet 2016.

[3] Loreline Court, « Répartition départementale des immigrés en 2016 », dans : Infos migrations, n°100, Octobre 2020. Ministère de l’intérieur, Direction générale des étrangers en France, Département des statistiques, des études et de la documentation,  p. 1-4.

[4] UNICEF France, Consultation nationale 2018 des 6/18 ans, « Quel genre de vie ? Filles et garçons : inégalités, harcèlements, relations », Synthèse, novembre 2018.

[5] Op. cit., p. 8.

[6] https://www.nancy.fr/a-la-une-109/les-cours-d-ecoles-vont-se-vegetaliser-19052.html?cHash=8abbfce565bd0ad644b6d749f1fa2666

Travail de terrain : repérage et constitution du corpus

/// Texte coécrit avec Cécile Fries-Paiola

Au mois de décembre dernier, l’équipe de recherche a effectué un travail de recensement afin de localiser les établissements d’enseignement, allant de la maternelle au supérieur, présents sur le territoire de la métropole du Grand Nancy. Des visites ont été réalisées afin de cerner l’étendue du terrain et d’identifier les bâtiments qui présenteraient notamment un intérêt historique pouvant faire l’objet d’une étude approfondie dans le premier axe de cette recherche. Ce même travail a été réalisé en amont par Melissa Bellesi pour le Luxembourg dans le cadre de sa thèse de doctorat au SnT (Interdisciplinary Centre for Security, Reliability and Trust, Université du Luxembourg).

Il a été conclu à l’issue de cette première étape que, compte tenu de l’étendue du terrain et du temps restreint alloué à cette recherche, il ne serait possible de recueillir et traiter de manière approfondie que les informations relatives à un seul niveau d’enseignement, mais qu’il serait également souhaitable de collecter des données à tous les niveaux pour avoir une vue d’ensemble. Au regard des différents protocoles sanitaires qui ont été mis en place depuis la rentrée et de l’importance des impacts psychosociaux potentiels sur les élèves de cette tranche d’âge, le niveau du collège est celui qui nous semble le plus pertinent de traiter.

Les établissements choisis pour intégrer le corpus, ont été sélectionnés en fonction de leur contexte, à la fois territorial (centre-ville, périurbain, rural, etc.) et social (classement en Réseau d’Éducation Prioritaire) ; de leur caractéristiques architecturales (période de construction, typologie, spécificité programmatique, etc.) ; de leur pédagogie, que celle-ci s’inscrive dans un cadre public ou privé, ou encore, relève de pédagogies spécifiques (Montessori, Steiner-Waldorf, etc.) ; des caractéristiques de l’établissement telles que le nombre d’élèves et son ancienneté.

Sur la base de ces critères, il s’agit d’établir un échantillon principalement centré sur la métropole du Grand Nancy, et qui soit donc représentatif à la fois des spécificités et de la diversité des établissements d’enseignement de ce secteur. Cet échantillon est également complété par un second, constitué cette fois à l’échelle de la région Grand-Est, en choisissant des établissements scolaires très différents du corpus initial selon les critères établis précédemment, et à l’échelle du Luxembourg, afin d’observer comment les institutions avec un fonctionnement très différent se sont adaptées à la crise.

En parallèle, Cécile Fries-Paiola a travaillé sur la mise au point d’un protocole d’enquête qui est constitué de quatre types de matériaux. Le premier consiste en une série d’entretiens avec différents acteurs de la communauté éducative (élèves, enseignants, personnels non-enseignants, parents d’élèves, etc.), afin d’appréhender l’impact des normes sanitaires liées à la Covid-19 sur l’infrastructure scolaire, les pratiques pédagogiques et les sociabilités. Le second matériaux est composé des relevés architecturaux et d’usages des établissements scolaires du corpus. L’observation du fonctionnement des espaces communs et d’une classe-type constituera le troisième matériau. Enfin, l’équipe tient à récolter des témoignages en ligne, qui pourront être portés par l’ensemble de la communauté éducative.

Actuellement, toute l’équipe se mobilise activement pour obtenir les autorisations nécessaires pour accéder aux institutions et mener à bien les entretiens avec les différents acteurs de la communauté éducative parmi ceux qui se porteront volontaires.