Covid-19 : le retour de l’enseignement de Plein air

Depuis la fin du confinement, au printemps 2020, nombreux ont été les articles parus dans la presse vantant les bienfaits de l’enseignement de plein air et ressortant des arcanes de l’histoire des modèles pédagogiques et architecturaux axés sur l’hygiène et la santé.

Les médias ont également relayé les expérimentations mises en place par les enseignants qui, dans l’urgence, ont opté pour la sortie des salles de classe et un apprentissages en-dehors des murs, afin de faciliter la mise en place de la distanciation physique exigée dans les protocoles sanitaires.

Ce fut également l’occasion pour des chercheurs et spécialistes du domaine de se prononcer et mettre en avant les bienfaits du contact des enfants avec la nature. Ce regain d’intérêt pour les pratiques pédagogiques en rapport à l’environnement naturel s’inscrit plus largement dans un mouvement de « retour à la nature » exacerbé par les confinements successifs, surtout dans les grandes métropoles où la qualité et la surface des logements est de plus en plus réduite. 

Au mois de décembre dernier, un article dans Le Monde[1] annonçait l’installation d’une crèche démontable et temporaire au parc du Luxembourg, en plein cœur de Paris. Si cela semble un fait suffisamment exceptionnel pour être remarqué, un autre article publié en début d’année[2] montrait qu’en réalité il ne s’agit pas d’une expérimentation isolée. En effet, il existe à Paris, depuis les années 80, des structures d’accueil qui ont décidé de renouer avec le contact à la nature, laissant les enfants à l’extérieur tant que les conditions climatiques le permettent (pas en dessous de 0 °C). En 2004 la Forest International School Paris, une institution bilingue, privée et hors contrat, s’est installée aux abords de la forêt de Marly-le-Roi. Y sont accueillis des enfants de l’âge de 2 à 15 ans dont une partie des cours a lieu dans la forêt.

Comme dans d’autres pays européens, la pédagogie en forêt connaît au Luxembourg un nouvel essor, puisque plusieurs Bëschklass (maternelle de forêt) et Bëschcrèche (crèche de forêt) ont vu le jour depuis le début des années 2000. Le pays renoue ainsi avec une pratique pédagogique initiée en 1913 à Dudelange, avec la construction de la première école de forêt du Luxembourg qui sera suivie, en 1928, par celle d’Esch-sur-Alzette, en fonctionnement encore aujourd’hui. La construction de ces deux écoles s’inscrit dans un mouvement plus large, celui des Waldschule, initié en Allemagne en 1904[3].

Face au consensus qui semble se dégager de ces pratiques, le Ministère de l’éducation nationale s’est saisi de la question et a mis à disposition depuis le mois de juin 2020 un certain nombre de documents sur sa plateforme Archi classe, afin de guider les enseignants dans la pratique de deux approches pédagogiques en extérieur : la classe de « pleine nature », où la nature est source d’apprentissage, et celle de « plein air », où l’espace extérieur est une extension de la classe.

Hormis les avantages que présente l’enseignement de plein air dans le cadre de la pandémie actuellement en cours, il conviendrait de s’interroger sur l’intérêt que pourrait avoir le développement d’une pédagogie axée sur la nature, non seulement dans les niveaux périscolaires, mais aussi au-delà (comme cela commence à se faire en Belgique et en Suisse), surtout, au regard des enjeux sanitaires et environnementaux auxquels est confrontée l’ensemble de la société aujourd’hui. Outre les bénéfices que pourraient en tirer les différents acteurs de la communauté éducative à différents niveaux, cela permettrait de tendre vers une sensibilisation plus systématique à la préservation des milieux et de l’environnement.

Liste non-exhaustive des articles parus sur le sujet dans les principaux quotidiens français depuis le printemps 2020 :

Le Monde

27 avril 2020. Collectif, « Coronavirus : “ Et si nous faisions la classe dehors ? ” » lien vers l’article ici

18 juin 2020. Pascale Krémer, « Coronavirus : les activités de plein air plébiscitées par les Français » lien vers à l’article ici

16 juillet 2020. Isabelle Regnier, « Architecture : A Suresnes, sur les traces des écoles nouvelles » lien vers l’article ici

08 septembre 2020. Séverin Graveleau, « Face à la crise due au coronavirus, la pratique de la “classe dehors” se popularise » lien vers l’article ici

04 décembre 2020, Isabelle Régnier, « A Paris, une crèche municipale démontable pour une ville plus durable » lien vers l’article ici

Le Figaro

25 septembre 2020. Caroline Beyer, « Et si l’avenir de l’école était le plein air? » lien vers l’article ici

Libération

04 mai 2020. Sibylle Vincendon, « Déconfinement : l’architecture des écoles pose une colle » lien vers l’article ici

28 mai 2020. Sibylle Vincendon, « Architecture des écoles : aux grands maux les modèles oubliés » lien vers l’article ici

31 août 2020. Johan Maviert, Interview « Ecole en plein air : “La différence est très nette en termes de bien-être et de motivation” » lien vers l’article ici

31 août 2020. Marie Piquemal, « Ecole : la ruée vers l’air » lien vers l’article ici

31 août 2020. Marie Piquemal, Témoignage « Il est inconcevable pour moi de refaire classe entre quatre murs » lien vers l’article ici


[1] Isabelle Régnier, « Une crèche municipale démontable pour une ville plus durable », Le Monde, 5 janvier 2021, p. 26.

[2] Pascale Krémer, « Les ravis de la crèche », Le Monde, 17-18 janvier 2021, p. 5.

[3] Voir : Anne-Marie Châtelet (dir.), L’école de plein air. Une expérience pédagogique et architecturale dans l’Europe du XXe siècle, Paris : Éditions Recherches, 2003.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search