Pesticides et écoles rurales : une proximité dangereuse

Vue aérienne de L’école maternelle Les Marronniers où, en 2018, la directrice avait fait le choix de proscrire les sorties en récréation des 54 élèves pendant les jours où avaient lieu les épandages de pesticides dans les champs environnants.

Dans son édition du 19 janvier 2021, Le Figaro relayait le cas d’un agriculteur d’une commune des Deux-Sèvres, ayant obtenu de la mairie le versement d’une indemnité (par le biais de l’association de parents d’élèves) pour avoir accepté de laisser en jachère une frange de terrain de 30 mètres sur 120 mètres faisant face à un établissement scolaire, jouxtant un skatepark et un terrain de basket[1]. Selon l’article, la réglementation en vigueur n’exigerait qu’une distance maximale de 20 mètres sans traitement chimique, cet élément traduisant donc une certaine volonté de la part de la commune d’aller au-delà des exigences réglementaires. Cependant, cette distance de 20 mètres, prévue par l’arrêté du 27 décembre 2019 relatif aux mesures de protection des personnes lors de l’utilisation de produits phytopharmaceutiques, ne concerne en réalité que les produits contenant « une substance préoccupante ». En ce qui concerne les autres produits, une distance de 10 mètres seulement est à conserver lorsqu’il s’agit d’arboriculture, de viticulture, d’arbres et d’arbustes, de forêt, de petits fruits et de cultures ornementales de plus de 50 centimètres de hauteur, de bananiers et de houblon ; tandis que pour toutes les autres cultures cette distance est encore réduite à 5 mètres[2].

S’il peut être considéré comme une avancée qu’un élu se saisisse de la question et déploie tous les moyens nécessaires pour instaurer des mesures visant à assurer un certain éloignement entre un lieu d’épandage de pesticides et un établissement scolaire, on peut toutefois s’interroger sur l’efficacité de la mesure qui a été prise dans le département des Deux-Sèvres, surtout au regard d’études récentes qui ont montré qu’un certain nombre de ces pesticides se retrouvent, à des concentrations plus ou moins importantes, directement dans l’air, aussi bien en milieu urbain et périurbain qu’en milieu rural (Laboratoire Central de Surveillance de la Qualité de l’Air, 2020).

Interrogée sur le sujet, Sylvie Dousset, professeure à l’Université de Lorraine et spécialiste du transfert des pesticides dans les sols, a confirmé que, d’une façon générale, ce genre de mesure présente pour seul avantage de ne pas mettre directement en contact les enfants avec des pesticides au moment de leur épandage, mais n’apporte en réalité qu’un faible avantage du point de vue sanitaire, compte tenu du fait que ces produits vont se retrouver aussi bien dans l’air que dans le sol, rendant ce terrain également inexploitable d’un point de vue pédagogique. Elle nous a également fait remarquer que cette proximité entre surfaces cultivées traitées et établissements scolaires crée, depuis plusieurs années, des tensions de plus en plus accrues. Si certains directeurs d’établissement ont décidé de s’adapter à la situation et prennent des mesures pour que les enfants ne soient pas à l’extérieur au moment de l’épandage des pesticides[3], deux châteaux viticoles du bordelais se sont retrouvés devant la justice « pour avoir procédé en 2014 à l’épandage de fongicides près d’une école où des élèves et une enseignante avaient été pris de malaises[4] ». Au regard des enjeux sociétaux et environnementaux auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui, l’on pourrait considérer que toute mesure visant à accompagner les exploitants vers une conversion au bio pourrait s’avérer plus porteuse à long terme que de continuer à jongler avec la dangerosité des produits phytosanitaires.

Si, dans le cas particulier cité dans les colonnes du Figaro, il s’agit d’une école, les problèmes que pose la proximité entre les lieux d’exploitation agricole et les lieux d’habitation renvoie à une question plus large qui est celle de l’urbanisation des terres arables. Selon un article paru dans Science et vie en octobre 2018[5], la France perdrait en moyenne chaque année environ 60.000 ha de sols nourriciers. Outre l’impact écologique qui résulte de l’artificialisation du sol, les nouvelles urbanisations en bordure de champs contribuent également au déclin des centres de villages et centres-bourgs[6] où, souvent, les établissement scolaires occupaient une place centrale et n’étaient pas en contact direct avec les surfaces cultivées traitées.

Alors que la crise sanitaire liée à la Covid-19 se présente à nous comme une opportunité de repenser l’architecture scolaire dans une approche holistique, il est plus que jamais important d’intégrer à la réflexion l’environnement dans lequel s’insèrent les infrastructures d’enseignement, et de considérer l’espace scolaire comme le cœur d’un écosystème plus large.


[1] Fabien Paillot, « Pesticides près d’une école : une mairie opte pour l’indemnité », dans Le Figaro, 19 janvier 2021, p. 12.

[2] Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, « Distances de sécurité pour les traitements phytopharmaceutiques à proximité des habitations »,  https://agriculture.gouv.fr/distances-de-securite-pour-les-traitements-phytopharmaceutiques-proximite-des-habitations.

[3] Voir : Marie-Alix Dagry, « Gironde : pas de récréation à l’école après l’épandage des vignes », dans Le Figaro, 2è avril 2018, [en ligne], https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/04/27/01016-20180427ARTFIG00337-gironde-pas-de-recreation-a-l-ecole-apres-l-epandage-des-vignes.php.

[4] AFP, « Gironde: deux châteaux poursuivis pour l’épandage de pesticides près d’une école », dans Le Point, 3 juillet 2018, [en ligne], https://www.lepoint.fr/societe/gironde-deux-chateaux-poursuivis-pour-l-epandage-de-pesticides-pres-d-une-ecole-03-07-2018-2232800_23.php.

[5] Vincent Nouyrigat, « Urbanisation contre terres agricoles : la France en pleine guerre des sols », dans Science et vie, 21 mars 2018, mis à jour le 29 octobre 2018, [en ligne] : https://www.science-et-vie.com/nature-et-enviro/urbanisation-contre-terres-agricoles-la-france-en-pleine-guerre-des-sols-41853.

[6] Voir : Philippe Defawe, « L’urbanisation des campagnes ne profite pas aux centres anciens », dans Le Moniteur, 21 mars 2006, [en ligne], https://www.lemoniteur.fr/article/l-urbanisation-des-campagnes-ne-profite-pas-aux-centres-anciens.864779 et Fabienne Marion, « Comment faire revivre nos villages et centres-bourgs ? », dans Up, 15 septembre 2018, [en ligne] : https://up-magazine.info/economie-de-linnovation-4/6614-comment-faire-revivre-nos-villages-et-centres-bourgs-2/.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.