Travail de terrain : repérage et constitution du corpus

/// Texte coécrit avec Cécile Fries-Paiola

Au mois de décembre dernier, l’équipe de recherche a effectué un travail de recensement afin de localiser les établissements d’enseignement, allant de la maternelle au supérieur, présents sur le territoire de la métropole du Grand Nancy. Des visites ont été réalisées afin de cerner l’étendue du terrain et d’identifier les bâtiments qui présenteraient notamment un intérêt historique pouvant faire l’objet d’une étude approfondie dans le premier axe de cette recherche. Ce même travail a été réalisé en amont par Melissa Bellesi pour le Luxembourg dans le cadre de sa thèse de doctorat au SnT (Interdisciplinary Centre for Security, Reliability and Trust, Université du Luxembourg).

Il a été conclu à l’issue de cette première étape que, compte tenu de l’étendue du terrain et du temps restreint alloué à cette recherche, il ne serait possible de recueillir et traiter de manière approfondie que les informations relatives à un seul niveau d’enseignement, mais qu’il serait également souhaitable de collecter des données à tous les niveaux pour avoir une vue d’ensemble. Au regard des différents protocoles sanitaires qui ont été mis en place depuis la rentrée et de l’importance des impacts psychosociaux potentiels sur les élèves de cette tranche d’âge, le niveau du collège est celui qui nous semble le plus pertinent de traiter.

Les établissements choisis pour intégrer le corpus, ont été sélectionnés en fonction de leur contexte, à la fois territorial (centre-ville, périurbain, rural, etc.) et social (classement en Réseau d’Éducation Prioritaire) ; de leur caractéristiques architecturales (période de construction, typologie, spécificité programmatique, etc.) ; de leur pédagogie, que celle-ci s’inscrive dans un cadre public ou privé, ou encore, relève de pédagogies spécifiques (Montessori, Steiner-Waldorf, etc.) ; des caractéristiques de l’établissement telles que le nombre d’élèves et son ancienneté.

Sur la base de ces critères, il s’agit d’établir un échantillon principalement centré sur la métropole du Grand Nancy, et qui soit donc représentatif à la fois des spécificités et de la diversité des établissements d’enseignement de ce secteur. Cet échantillon est également complété par un second, constitué cette fois à l’échelle de la région Grand-Est, en choisissant des établissements scolaires très différents du corpus initial selon les critères établis précédemment, et à l’échelle du Luxembourg, afin d’observer comment les institutions avec un fonctionnement très différent se sont adaptées à la crise.

En parallèle, Cécile Fries-Paiola a travaillé sur la mise au point d’un protocole d’enquête qui est constitué de quatre types de matériaux. Le premier consiste en une série d’entretiens avec différents acteurs de la communauté éducative (élèves, enseignants, personnels non-enseignants, parents d’élèves, etc.), afin d’appréhender l’impact des normes sanitaires liées à la Covid-19 sur l’infrastructure scolaire, les pratiques pédagogiques et les sociabilités. Le second matériaux est composé des relevés architecturaux et d’usages des établissements scolaires du corpus. L’observation du fonctionnement des espaces communs et d’une classe-type constituera le troisième matériau. Enfin, l’équipe tient à récolter des témoignages en ligne, qui pourront être portés par l’ensemble de la communauté éducative.

Actuellement, toute l’équipe se mobilise activement pour obtenir les autorisations nécessaires pour accéder aux institutions et mener à bien les entretiens avec les différents acteurs de la communauté éducative parmi ceux qui se porteront volontaires.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.