L’impact de la Covid-19 sur le milieu scolaire luxembourgeois

Dans sa newletter du 5 mars 2021, le ministère de l’Éducation nationale du Luxembourg a diffusé les résultats d’une enquête réalisée au mois de janvier 2021 auprès de 1.350 enseignants et 4.200 parents. Les questions portaient sur la manière dont ils ont vécu la crise sanitaire actuellement en cours ainsi que ses éventuelles conséquences.

Selon l’analyse du ministère :

Il ressort clairement que tant les enseignants que les parents se sentent plus stressés par la pandémie actuelle (91% parmi les enseignants et 79% parmi les parents).

PARENTS

La grande majorité des parents ont indiqué que leurs enfants ont déjà eu un apprentissage à distance au cours de cette année scolaire. 70% étaient d’avis que leurs enfants s’étaient bien adaptés à la nouvelle situation. À l’école primaire en particulier, les parents ont dû prêter main-forte à l’apprentissage de leurs enfants.

69% sont préoccupés de façon générale par les progrès scolaires des enfants. Dans les écoles secondaires en particulier, les parents s’inquiètent des diplômes de leurs enfants ou du risque de décrochage.

De nombreux parents (82%) sont préoccupés par le bien-être, ainsi que par la santé de leurs enfants, notamment le temps qu’ils passent avec les médias numériques.

Environ deux tiers des parents se sentent bien informés dans le cadre de la gestion de crise, notamment par les enseignants de leurs enfants, les conférences de presse et la newsletter du ministère de l’Éducation.

La grande majorité des parents sont d’avis que l’école est essentielle et que tous les efforts doivent être mobilisés afin de maintenir les écoles ouvertes. Une majorité nette est également d’accord avec l’affirmation selon laquelle les mesures prises à l’école sont adaptées et ils estiment que leurs enfants sont bien protégés à l’école.

Ces résultats montrent que, même si la plupart des enfants font preuve d’une grande adaptabilité, la pandémie a malgré tout provoqué une augmentation considérable du stress chez les enseignants comme chez les parents, qui s’inquiètent notamment de la réussite de leurs enfants, de leur bien-être, tout comme de l’impact que peut avoir l’usage prolongé et par moment quasi-exclusif du numérique sur leur santé.

L’étude COVID-Kids, menée par l’Université du Luxembourg avec le soutien d’UNICEF Lëtzebuerg, qui avait pour but d’analyser « les expériences subjectives des enfants âgés de 6 à 16 ans par rapport à leur bien-être et leur temps passé à la maison pendant la première vague de la pandémie (de mai à juillet 2020)[1] », est dans ce sens éclairante. Les résultats de l’enquête, menée auprès de 680 enfant à travers un questionnaire en ligne et de 22 enfants par le biais d’entretiens réalisés au Luxembourg (une partie des entretiens est visible sur la page COVID-Kids), montre notamment que « la satisfaction dans la vie des enfants a significativement diminué[2] » : s’ils étaient 96% à avoir déclaré être satisfaits, voire très satisfaits de leur vie avant la pandémie, ils n’étaient plus que 67% après l’avènement de la crise sanitaire. Leur satisfaction à l’égard de l’école a également considérablement chuté : alors qu’ils étaient 91% dans l’enseignement fondamental à se dire satisfaits, voire très satisfaits de leur contexte scolaire, ce chiffre descend à 76% pendant la pandémie. On constate un écart encore plus important dans le secondaire, où 84% des élèves se disaient satisfaits, voire très satisfaits de leur école, contre seulement 62% pendant la pandémie.

Les auteurs de l’étude ont également identifié certains groupes d’enfants qui ont montré des niveaux de bien-être émotionnel plus faibles que les autres. On compte parmi eux les enfants plus âgés, les enfants issus de milieux socio-économiques défavorisés ainsi que les filles. On ne peut donc que constater que la pandémie a considérablement contribué à creuser des inégalités préexistantes.

Il s’agit là des premiers constats avérés de l’impact de cette pandémie et des dispositifs qu’elle oblige à mettre en œuvre sur les enfants et leur environnement. D’autres études suivront sûrement et mettront probablement en lumière des éléments nouveaux. Dans l’attente de ces données, il reste à souhaiter que la situation s’améliore afin de ne pas cumuler une somme trop lourde de conséquences sur le psychisme des enfants.


[1] Université du Luxembourg, Bien-être subjectif et expériences quotidiennes des enfants de 6 à 16 ans pendant la première vague de la pandémie COVID-19 au Luxembourg : un rapport du projet COVID-Kids, 2020, p. 9.

[2] Op. cit., p. 7.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.