Les élèves réfléchissent à l’Ecole post-Covid : les ateliers de médiation de l’ENSA-Nancy

Les élèves du collège Guynemer de Nancy repèrent sur un plan et des coupes les points de vue des photos. Photo : Virginie Derveaux

Les ateliers de médiation préparés par les étudiants du master « Ecoles post-Covid » de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy, se sont déroulés simultanément le 7 janvier dernier dans quatre collèges de Nancy (2) et de la Moselle (2).

Les différents exercices proposés aux élèves avaient pour but, dans un premier temps, de les familiariser avec les outils propres aux architectes (plans, coupes, perspectives, maquette, etc.). Il s’agissait ensuite de les faire exprimer leur ressenti vis-à-vis de l’architecture de leur établissement scolaire et qu’ils s’interrogent sur les qualités spatiales des lieux qu’ils fréquentent au quotidien, pour les amener à réfléchir à de possibles aménagements qui pourraient contribuer à améliorer leur vécu de l’espace scolaire.

Les élèves du collège Jean Mermoz à Nancy apprennent à dessiner une perspective à l’aide d’un Rhodoïd pour ensuite projeter des aménagements dans les espaces extérieurs de leur établissement. Photos : Maribel Casas

A l’issu de ces ateliers, les étudiants produiront un document de synthèse où ils évoqueront les problématiques abordées par les élèves, les raisons qui font que certains lieux leur sont agréables à vivre et pourquoi il y en a d’autres qu’ils apprécient moins. L’ensemble de ces données contribuera à nourrir la vision prospective que nous souhaitons développer dans le cadre de la recherche sur les établissements scolaires en contexte épidémique, actuellement en cours. 

Les élèves du collège Jean Lamour de Nancy s’interrogent sur les matériaux qui composent le bâtiment qui abrite leur institution. Photo : Melissa Bellesi
Les élèves de la cité scolaire Charles Hermite à Dieuze retranscrivent leurs parcours quotidiens sur un plan et identifient les endroits qu’ils apprécient le moins et le plus dans leur établissement. Photo : Cécile Fries-Paiola

Lancement du concours étudiants et jeunes diplômés « Ecosystèmes d’enseignement extérieurs »

Délais d’inscription prolongé au 22 novembre 2021!

Afin de répondre au double enjeu d’articuler la recherche et l’enseignement, mais aussi de développer une approche prospective de l’architecture scolaire, l’équipe de recherche a lancé le 18 octobre 2021 un concours d’idées à destination des étudiant.e.s de master et jeunes diplômés en architecture du Grand-Est et du Luxembourg. Le sujet de ce concours est directement issu des premiers résultats de la recherche, suite à la phase de terrain qui a eu lieu de mars à juillet 2021.

Les espaces extérieurs, en particulier ceux des collèges, apparaissent comme des espaces à fort potentiel pour répondre non seulement aux enjeux sanitaires liés à la crise épidémique, mais également aux enjeux environnementaux et climatiques, pédagogiques et sociaux (dont ceux qui concernent le genre), qui préexistaient à ceux liés directement à la crise du Covid-19. En effet, proposer des aménagements qui permettent de se réapproprier l’extérieur des établissements scolaires, notamment pour « faire classe dehors », ouvrirait la possibilité de répondre conjointement – et plus facilement qu’en intervenant sur le bâti existant – à différents enjeux, plus difficilement conciliables au sein des bâtiments ; et notamment liés :

  • à la santé : faire classe dehors permet de réduire les risque de transmission virale aérienne, mais aussi de pallier d’autres problèmes de santé comme la myopie, qui a considérablement augmenté chez les enfants depuis les périodes de confinement[1] notamment en raison du manque de lumière naturelle et du temps accru passé sur les écrans ;
  • au bien-être : faire classe dehors permet de renouer avec un contact plus direct avec la végétation[2] (lorsqu’elle est existante et valorisable, ou en plantant et en aménageant de nouveaux espaces végétalisés[3]) et d’obtenir un niveau de confort thermique plus élevé en intersaison, lorsque les températures dans certaines classes sont déjà très élevées ;
  • à la pédagogie : faire classe dehors permet de penser à partir de pédagogies plus actives, moins dépendantes des outils numériques, et plus orientées vers les enjeux environnementaux ;
  • à l’environnement : faire classe dehors peut favoriser les enseignements en lien avec les enjeux environnementaux (climat, biodiversité, énergie, etc.), mais aussi de repenser, par l’aménagement spatial lui-même, la participation du site à la santé des écosystèmes locaux.

Tous ces enjeux peuvent ainsi être traités en proposant une intervention à la fois plus légère et plus efficace qu’une intervention sur le bâti existant, et donc de tenir compte des contraintes budgétaires importantes des collectivités.

L’équipe a donc proposé aux participant.e.s du concours de réfléchir à un « écosystème d’enseignement extérieur » qui puissent répondre conjointement à ces différents enjeux, par un aménagement adaptable à deux situations de collèges proposées.

Le concours se clôturera le 11 janvier 2022 par la tenue du jury, placé sous la présidence de la designer française Matali Crasset, pour qui la question des aménagements pédagogiques et liés aux enfants est particulièrement importante ; ainsi que le montrent ses différents projets d’écoles ou d’aménagements de médiation culturelle par exemple. Gauthier Bolle (maître de conférences en histoire et culture architecturales à l’ENSA-Strasbourg), Virginie Derveaux (architecte DPLG, enseignante à l’ENSA-Nancy et chercheure associée au LHAC), Sylvie Dousset (professeure en sciences des sols, Université de Lorraine), Charles Max (professeure en sciences de l’éducation, Université du Luxembourg), Maurice Mazalto (expert et consultant en architecture scolaire auprès des collectivités) et Benoît Sindt (architecte DPLG, membre du collectif Studiolada, enseignant à l’ENSA-Nancy) sont les sept autres membres ce jury pluridisciplinaire, qui viendront apporter chacun leur regard engagé et spécifique sur les différents projets.


[1] Comme l’a démontré une étude d’un groupe de chercheurs hongkongais publiée en mars 2021. Cf. Wang J, Li Y, Musch DC, et al., « Progression of Myopia in School-Aged Children After COVID-19 Home Confinement»  JAMA Ophthalmol, 2021, disponible en ligne : https://jamanetwork.com/journals/jamaophthalmology/fullarticle/2774808.

[2] Selon une étude publiée en 2015, la hausse de la présence de végétation dans une cour d’école peut contribuer à réduire le niveau de stress et favoriser le bien-être psychologique des élèves, ce qui a des effets favorables leur concentration et leur réussite. Cf. Kelz C, Evans GW, Röderer K, (2015), “The Restorative Effects of Redesigning the Schoolyard: A Multi-Methodological, Quasi-Experimental Study in Rural Austrian Middle Schools, Environment and Behavior”, Vol 47, Issue 2, 2015.

[3] Il a été démontré que la présence d’éléments de biophilie dans les espaces de travail favorise le bien-être et la concentration, facteurs déterminants pour la qualité des apprentissages.

 

Articuler enseignement et recherche : Le séminaire « Ecoles post-Covid-19 » à l’ENSA-Nancy

Les étudiants de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Nancy en visite dans un collège en Moselle. Photo : Virginie Derveaux

Afin de créer des liens entre la recherche et l’enseignement, Cécile Fries-Paiola et Virginie Derveaux ont organisé un séminaire de master 2 sur le thème des écoles post-covid, qui s’inscrit dans le domaine d’étude de l’ENSA-Nancy intitulé « Architecture, théorie et critique ».

Prenant appui sur les travaux et les réflexions menées dans le cadre de la recherche scientifique actuellement en cours, le séminaire se propose de poursuivre le travail de terrain engagé, en s’intéressant à un public resté relativement inaccessible : les collégiens. En effet, les élèves ont été d’une part difficiles à rencontrer au sein des établissements (contraintes d’emploi du temps par exemple), et d’autre part ont montré des difficultés à parler de l’architecture de leur collège, au cours d’un entretien (seuls ou en groupes).

Dans l’objet de faciliter l’accès au regard que les collégiens portent sur leur établissement, le séminaire a pour principal objet d’imaginer des ateliers de médiation dans quatre collèges du corpus de la recherche. Ces ateliers ont pour but d’accompagner les élèves non seulement dans la réflexion par rapport à leur propre établissement, mais aussi par rapport à un établissement idéal ; le tout, dans une perspective post Covid-19. Les étudiants du séminaire devront développer avec eux trois axes de questionnement : que pensent les élèves de leur collège ? Que souhaiteraient-ils pouvoir changer dans leur établissement ? Que serait finalement un « collège idéal » ? En ce sens, les résultats obtenus viendront également compléter les résultats de la recherche.

Cet enseignement comptera sur l’intervention d’enseignants, de chercheurs et d’invités extérieurs (notamment Maurice Mazalto, expert en architecture scolaire auprès des collectivités) issus de disciplines aussi diverses que l’architecture, la sociologie, l’histoire de l’architecture, les sciences de l’éducation, les sciences environnementales et la médiation architecturale (avec l’intervention du collectif Heruditatem, spécialisé sur le sujet). Ces interventions permettront aux étudiants d’appréhender la multiplicité des facettes de la production et de la réception de l’architecture scolaire des collèges aujourd’hui, à partir – et donc également au-delà – de la crise épidémique (considérée ici en partie comme révélatrice de problématiques plus structurelles de l’architecture scolaire).

Les étudiants préparent leur visite dans les établissements sélectionnés. Photo : Cécile Fries-Paiola

Le travail des étudiants (répartis en quatre groupes de quatre, devant chacun développer un atelier de médiation pour l’un des collèges du corpus) consistera en une visite des quatre établissements situés dans la métropole du Grand Nancy et en Moselle. Ces visites seront suivies d’une analyse architecturale de chacun des bâtiments à développer, ce qui permettra ensuite de développer des axes de travail pour l’atelier de médiation. Le 7 décembre, les quatre groupes se rendront dans le collège qu’ils auront choisi pour mettre en place l’atelier.

Rentrée des classes et reprise du travail de terrain

/// Texte coécrit avec Cécile Fries-Paiola

Alors que les élèves des écoles primaires sont retournés en classe encadrés par un nouveau protocole sanitaire[1] après 3 semaines de pause[2], notre équipe se prépare à poursuivre l’enquête de terrain engagée dans plusieurs établissements de la métropole du Grand Nancy avant la fermeture pour les vacances de Pâques.

Virginie Derveaux et Cécile Fries-Paiola se sont rendues au collège Jean Lamour à Nancy, au collège La Fontaine à Laxou et à l’école élémentaire Jules Ferry à Malzéville accompagnées du photographe Bruno Comtesse, chargé de documenter le travail de terrain. Dans tous ces établissements, des relevés, des observations et des entretiens ont été réalisés afin de saisir concrètement ce qu’aura représenté en termes de fonctionnement l’application des protocoles sanitaires pour les établissements scolaires. Nous avons pu ainsi constater qu’une partie importante des difficultés que rencontrent ces établissements dans la gestion de la pandémie sont notamment liés à des problématiques plus structurelles – comme l’inadéquation entre l’architecture scolaire et l’évolution de l’organisation des formations et de la gestion du temps scolaire ­– mais aussi à un certain nombre de choix architecturaux qui sont, depuis des décennies, contraints par un très lourd arsenal réglementaire et un cadre économique très restreint. Nous avons pu également identifier quels sont les espaces qui, par leur caractéristiques, constituent des points névralgiques en ce qui concerne la gestion des flux et le respect de la distanciation sociale, ainsi qu’en termes d’entretien ; le nettoyage et la désinfection des locaux et du mobilier étant devenus un des points centraux dans la gestion de la crise sanitaire.

A cette date, nous avons obtenu des accords de principe pour accéder à huit autres établissements situés à au sein de la Métropole du Grand Nancy, mais aussi en Moselle, dans les Vosges et au Luxembourg. Vingt-trois établissements étaient ciblés initialement : ce corpus devrait très certainement atteint d’ici le début du mois de juillet. Nous poursuivrons ainsi cette enquête de terrain jusqu’à la pause des vacances d’été ou jusqu’à ce que le contexte sanitaire nous le permette.


[1] https://www.education.gouv.fr/covid19-mesures-pour-les-ecoles-colleges-et-lycees-modalites-pratiques-continuite-pedagogique-et-305467

[2]  Dont une semaine d’enseignement à distance et deux semaines de vacances.

Travail de terrain : repérage et constitution du corpus

/// Texte coécrit avec Cécile Fries-Paiola

Au mois de décembre dernier, l’équipe de recherche a effectué un travail de recensement afin de localiser les établissements d’enseignement, allant de la maternelle au supérieur, présents sur le territoire de la métropole du Grand Nancy. Des visites ont été réalisées afin de cerner l’étendue du terrain et d’identifier les bâtiments qui présenteraient notamment un intérêt historique pouvant faire l’objet d’une étude approfondie dans le premier axe de cette recherche. Ce même travail a été réalisé en amont par Melissa Bellesi pour le Luxembourg dans le cadre de sa thèse de doctorat au SnT (Interdisciplinary Centre for Security, Reliability and Trust, Université du Luxembourg).

Il a été conclu à l’issue de cette première étape que, compte tenu de l’étendue du terrain et du temps restreint alloué à cette recherche, il ne serait possible de recueillir et traiter de manière approfondie que les informations relatives à un seul niveau d’enseignement, mais qu’il serait également souhaitable de collecter des données à tous les niveaux pour avoir une vue d’ensemble. Au regard des différents protocoles sanitaires qui ont été mis en place depuis la rentrée et de l’importance des impacts psychosociaux potentiels sur les élèves de cette tranche d’âge, le niveau du collège est celui qui nous semble le plus pertinent de traiter.

Les établissements choisis pour intégrer le corpus, ont été sélectionnés en fonction de leur contexte, à la fois territorial (centre-ville, périurbain, rural, etc.) et social (classement en Réseau d’Éducation Prioritaire) ; de leur caractéristiques architecturales (période de construction, typologie, spécificité programmatique, etc.) ; de leur pédagogie, que celle-ci s’inscrive dans un cadre public ou privé, ou encore, relève de pédagogies spécifiques (Montessori, Steiner-Waldorf, etc.) ; des caractéristiques de l’établissement telles que le nombre d’élèves et son ancienneté.

Sur la base de ces critères, il s’agit d’établir un échantillon principalement centré sur la métropole du Grand Nancy, et qui soit donc représentatif à la fois des spécificités et de la diversité des établissements d’enseignement de ce secteur. Cet échantillon est également complété par un second, constitué cette fois à l’échelle de la région Grand-Est, en choisissant des établissements scolaires très différents du corpus initial selon les critères établis précédemment, et à l’échelle du Luxembourg, afin d’observer comment les institutions avec un fonctionnement très différent se sont adaptées à la crise.

En parallèle, Cécile Fries-Paiola a travaillé sur la mise au point d’un protocole d’enquête qui est constitué de quatre types de matériaux. Le premier consiste en une série d’entretiens avec différents acteurs de la communauté éducative (élèves, enseignants, personnels non-enseignants, parents d’élèves, etc.), afin d’appréhender l’impact des normes sanitaires liées à la Covid-19 sur l’infrastructure scolaire, les pratiques pédagogiques et les sociabilités. Le second matériaux est composé des relevés architecturaux et d’usages des établissements scolaires du corpus. L’observation du fonctionnement des espaces communs et d’une classe-type constituera le troisième matériau. Enfin, l’équipe tient à récolter des témoignages en ligne, qui pourront être portés par l’ensemble de la communauté éducative.

Actuellement, toute l’équipe se mobilise activement pour obtenir les autorisations nécessaires pour accéder aux institutions et mener à bien les entretiens avec les différents acteurs de la communauté éducative parmi ceux qui se porteront volontaires.