Travail de terrain : repérage et constitution du corpus

/// Texte coécrit avec Cécile Fries-Paiola

Au mois de décembre dernier, l’équipe de recherche a effectué un travail de recensement afin de localiser les établissements d’enseignement, allant de la maternelle au supérieur, présents sur le territoire de la métropole du Grand Nancy. Des visites ont été réalisées afin de cerner l’étendue du terrain et d’identifier les bâtiments qui présenteraient notamment un intérêt historique pouvant faire l’objet d’une étude approfondie dans le premier axe de cette recherche. Ce même travail a été réalisé en amont par Melissa Bellesi pour le Luxembourg dans le cadre de sa thèse de doctorat au SnT (Interdisciplinary Centre for Security, Reliability and Trust, Université du Luxembourg).

Il a été conclu à l’issue de cette première étape que, compte tenu de l’étendue du terrain et du temps restreint alloué à cette recherche, il ne serait possible de recueillir et traiter de manière approfondie que les informations relatives à un seul niveau d’enseignement, mais qu’il serait également souhaitable de collecter des données à tous les niveaux pour avoir une vue d’ensemble. Au regard des différents protocoles sanitaires qui ont été mis en place depuis la rentrée et de l’importance des impacts psychosociaux potentiels sur les élèves de cette tranche d’âge, le niveau du collège est celui qui nous semble le plus pertinent de traiter.

Les établissements choisis pour intégrer le corpus, ont été sélectionnés en fonction de leur contexte, à la fois territorial (centre-ville, périurbain, rural, etc.) et social (classement en Réseau d’Éducation Prioritaire) ; de leur caractéristiques architecturales (période de construction, typologie, spécificité programmatique, etc.) ; de leur pédagogie, que celle-ci s’inscrive dans un cadre public ou privé, ou encore, relève de pédagogies spécifiques (Montessori, Steiner-Waldorf, etc.) ; des caractéristiques de l’établissement telles que le nombre d’élèves et son ancienneté.

Sur la base de ces critères, il s’agit d’établir un échantillon principalement centré sur la métropole du Grand Nancy, et qui soit donc représentatif à la fois des spécificités et de la diversité des établissements d’enseignement de ce secteur. Cet échantillon est également complété par un second, constitué cette fois à l’échelle de la région Grand-Est, en choisissant des établissements scolaires très différents du corpus initial selon les critères établis précédemment, et à l’échelle du Luxembourg, afin d’observer comment les institutions avec un fonctionnement très différent se sont adaptées à la crise.

En parallèle, Cécile Fries-Paiola a travaillé sur la mise au point d’un protocole d’enquête qui est constitué de quatre types de matériaux. Le premier consiste en une série d’entretiens avec différents acteurs de la communauté éducative (élèves, enseignants, personnels non-enseignants, parents d’élèves, etc.), afin d’appréhender l’impact des normes sanitaires liées à la Covid-19 sur l’infrastructure scolaire, les pratiques pédagogiques et les sociabilités. Le second matériaux est composé des relevés architecturaux et d’usages des établissements scolaires du corpus. L’observation du fonctionnement des espaces communs et d’une classe-type constituera le troisième matériau. Enfin, l’équipe tient à récolter des témoignages en ligne, qui pourront être portés par l’ensemble de la communauté éducative.

Actuellement, toute l’équipe se mobilise activement pour obtenir les autorisations nécessaires pour accéder aux institutions et mener à bien les entretiens avec les différents acteurs de la communauté éducative parmi ceux qui se porteront volontaires.

Pesticides et écoles rurales : une proximité dangereuse

Vue aérienne de L’école maternelle Les Marronniers où, en 2018, la directrice avait fait le choix de proscrire les sorties en récréation des 54 élèves pendant les jours où avaient lieu les épandages de pesticides dans les champs environnants.

Dans son édition du 19 janvier 2021, Le Figaro relayait le cas d’un agriculteur d’une commune des Deux-Sèvres, ayant obtenu de la mairie le versement d’une indemnité (par le biais de l’association de parents d’élèves) pour avoir accepté de laisser en jachère une frange de terrain de 30 mètres sur 120 mètres faisant face à un établissement scolaire, jouxtant un skatepark et un terrain de basket[1]. Selon l’article, la réglementation en vigueur n’exigerait qu’une distance maximale de 20 mètres sans traitement chimique, cet élément traduisant donc une certaine volonté de la part de la commune d’aller au-delà des exigences réglementaires. Cependant, cette distance de 20 mètres, prévue par l’arrêté du 27 décembre 2019 relatif aux mesures de protection des personnes lors de l’utilisation de produits phytopharmaceutiques, ne concerne en réalité que les produits contenant « une substance préoccupante ». En ce qui concerne les autres produits, une distance de 10 mètres seulement est à conserver lorsqu’il s’agit d’arboriculture, de viticulture, d’arbres et d’arbustes, de forêt, de petits fruits et de cultures ornementales de plus de 50 centimètres de hauteur, de bananiers et de houblon ; tandis que pour toutes les autres cultures cette distance est encore réduite à 5 mètres[2].

S’il peut être considéré comme une avancée qu’un élu se saisisse de la question et déploie tous les moyens nécessaires pour instaurer des mesures visant à assurer un certain éloignement entre un lieu d’épandage de pesticides et un établissement scolaire, on peut toutefois s’interroger sur l’efficacité de la mesure qui a été prise dans le département des Deux-Sèvres, surtout au regard d’études récentes qui ont montré qu’un certain nombre de ces pesticides se retrouvent, à des concentrations plus ou moins importantes, directement dans l’air, aussi bien en milieu urbain et périurbain qu’en milieu rural (Laboratoire Central de Surveillance de la Qualité de l’Air, 2020).

Interrogée sur le sujet, Sylvie Dousset, professeure à l’Université de Lorraine et spécialiste du transfert des pesticides dans les sols, a confirmé que, d’une façon générale, ce genre de mesure présente pour seul avantage de ne pas mettre directement en contact les enfants avec des pesticides au moment de leur épandage, mais n’apporte en réalité qu’un faible avantage du point de vue sanitaire, compte tenu du fait que ces produits vont se retrouver aussi bien dans l’air que dans le sol, rendant ce terrain également inexploitable d’un point de vue pédagogique. Elle nous a également fait remarquer que cette proximité entre surfaces cultivées traitées et établissements scolaires crée, depuis plusieurs années, des tensions de plus en plus accrues. Si certains directeurs d’établissement ont décidé de s’adapter à la situation et prennent des mesures pour que les enfants ne soient pas à l’extérieur au moment de l’épandage des pesticides[3], deux châteaux viticoles du bordelais se sont retrouvés devant la justice « pour avoir procédé en 2014 à l’épandage de fongicides près d’une école où des élèves et une enseignante avaient été pris de malaises[4] ». Au regard des enjeux sociétaux et environnementaux auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui, l’on pourrait considérer que toute mesure visant à accompagner les exploitants vers une conversion au bio pourrait s’avérer plus porteuse à long terme que de continuer à jongler avec la dangerosité des produits phytosanitaires.

Si, dans le cas particulier cité dans les colonnes du Figaro, il s’agit d’une école, les problèmes que pose la proximité entre les lieux d’exploitation agricole et les lieux d’habitation renvoie à une question plus large qui est celle de l’urbanisation des terres arables. Selon un article paru dans Science et vie en octobre 2018[5], la France perdrait en moyenne chaque année environ 60.000 ha de sols nourriciers. Outre l’impact écologique qui résulte de l’artificialisation du sol, les nouvelles urbanisations en bordure de champs contribuent également au déclin des centres de villages et centres-bourgs[6] où, souvent, les établissement scolaires occupaient une place centrale et n’étaient pas en contact direct avec les surfaces cultivées traitées.

Alors que la crise sanitaire liée à la Covid-19 se présente à nous comme une opportunité de repenser l’architecture scolaire dans une approche holistique, il est plus que jamais important d’intégrer à la réflexion l’environnement dans lequel s’insèrent les infrastructures d’enseignement, et de considérer l’espace scolaire comme le cœur d’un écosystème plus large.


[1] Fabien Paillot, « Pesticides près d’une école : une mairie opte pour l’indemnité », dans Le Figaro, 19 janvier 2021, p. 12.

[2] Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, « Distances de sécurité pour les traitements phytopharmaceutiques à proximité des habitations »,  https://agriculture.gouv.fr/distances-de-securite-pour-les-traitements-phytopharmaceutiques-proximite-des-habitations.

[3] Voir : Marie-Alix Dagry, « Gironde : pas de récréation à l’école après l’épandage des vignes », dans Le Figaro, 2è avril 2018, [en ligne], https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/04/27/01016-20180427ARTFIG00337-gironde-pas-de-recreation-a-l-ecole-apres-l-epandage-des-vignes.php.

[4] AFP, « Gironde: deux châteaux poursuivis pour l’épandage de pesticides près d’une école », dans Le Point, 3 juillet 2018, [en ligne], https://www.lepoint.fr/societe/gironde-deux-chateaux-poursuivis-pour-l-epandage-de-pesticides-pres-d-une-ecole-03-07-2018-2232800_23.php.

[5] Vincent Nouyrigat, « Urbanisation contre terres agricoles : la France en pleine guerre des sols », dans Science et vie, 21 mars 2018, mis à jour le 29 octobre 2018, [en ligne] : https://www.science-et-vie.com/nature-et-enviro/urbanisation-contre-terres-agricoles-la-france-en-pleine-guerre-des-sols-41853.

[6] Voir : Philippe Defawe, « L’urbanisation des campagnes ne profite pas aux centres anciens », dans Le Moniteur, 21 mars 2006, [en ligne], https://www.lemoniteur.fr/article/l-urbanisation-des-campagnes-ne-profite-pas-aux-centres-anciens.864779 et Fabienne Marion, « Comment faire revivre nos villages et centres-bourgs ? », dans Up, 15 septembre 2018, [en ligne] : https://up-magazine.info/economie-de-linnovation-4/6614-comment-faire-revivre-nos-villages-et-centres-bourgs-2/.

Covid-19 : le retour de l’enseignement de Plein air

Depuis la fin du confinement, au printemps 2020, nombreux ont été les articles parus dans la presse vantant les bienfaits de l’enseignement de plein air et ressortant des arcanes de l’histoire des modèles pédagogiques et architecturaux axés sur l’hygiène et la santé.

Les médias ont également relayé les expérimentations mises en place par les enseignants qui, dans l’urgence, ont opté pour la sortie des salles de classe et un apprentissages en-dehors des murs, afin de faciliter la mise en place de la distanciation physique exigée dans les protocoles sanitaires.

Ce fut également l’occasion pour des chercheurs et spécialistes du domaine de se prononcer et mettre en avant les bienfaits du contact des enfants avec la nature. Ce regain d’intérêt pour les pratiques pédagogiques en rapport à l’environnement naturel s’inscrit plus largement dans un mouvement de « retour à la nature » exacerbé par les confinements successifs, surtout dans les grandes métropoles où la qualité et la surface des logements est de plus en plus réduite. 

Au mois de décembre dernier, un article dans Le Monde[1] annonçait l’installation d’une crèche démontable et temporaire au parc du Luxembourg, en plein cœur de Paris. Si cela semble un fait suffisamment exceptionnel pour être remarqué, un autre article publié en début d’année[2] montrait qu’en réalité il ne s’agit pas d’une expérimentation isolée. En effet, il existe à Paris, depuis les années 80, des structures d’accueil qui ont décidé de renouer avec le contact à la nature, laissant les enfants à l’extérieur tant que les conditions climatiques le permettent (pas en dessous de 0 °C). En 2004 la Forest International School Paris, une institution bilingue, privée et hors contrat, s’est installée aux abords de la forêt de Marly-le-Roi. Y sont accueillis des enfants de l’âge de 2 à 15 ans dont une partie des cours a lieu dans la forêt.

Comme dans d’autres pays européens, la pédagogie en forêt connaît au Luxembourg un nouvel essor, puisque plusieurs Bëschklass (maternelle de forêt) et Bëschcrèche (crèche de forêt) ont vu le jour depuis le début des années 2000. Le pays renoue ainsi avec une pratique pédagogique initiée en 1913 à Dudelange, avec la construction de la première école de forêt du Luxembourg qui sera suivie, en 1928, par celle d’Esch-sur-Alzette, en fonctionnement encore aujourd’hui. La construction de ces deux écoles s’inscrit dans un mouvement plus large, celui des Waldschule, initié en Allemagne en 1904[3].

Face au consensus qui semble se dégager de ces pratiques, le Ministère de l’éducation nationale s’est saisi de la question et a mis à disposition depuis le mois de juin 2020 un certain nombre de documents sur sa plateforme Archi classe, afin de guider les enseignants dans la pratique de deux approches pédagogiques en extérieur : la classe de « pleine nature », où la nature est source d’apprentissage, et celle de « plein air », où l’espace extérieur est une extension de la classe.

Hormis les avantages que présente l’enseignement de plein air dans le cadre de la pandémie actuellement en cours, il conviendrait de s’interroger sur l’intérêt que pourrait avoir le développement d’une pédagogie axée sur la nature, non seulement dans les niveaux périscolaires, mais aussi au-delà (comme cela commence à se faire en Belgique et en Suisse), surtout, au regard des enjeux sanitaires et environnementaux auxquels est confrontée l’ensemble de la société aujourd’hui. Outre les bénéfices que pourraient en tirer les différents acteurs de la communauté éducative à différents niveaux, cela permettrait de tendre vers une sensibilisation plus systématique à la préservation des milieux et de l’environnement.

Liste non-exhaustive des articles parus sur le sujet dans les principaux quotidiens français depuis le printemps 2020 :

Le Monde

27 avril 2020. Collectif, « Coronavirus : “ Et si nous faisions la classe dehors ? ” » lien vers l’article ici

18 juin 2020. Pascale Krémer, « Coronavirus : les activités de plein air plébiscitées par les Français » lien vers à l’article ici

16 juillet 2020. Isabelle Regnier, « Architecture : A Suresnes, sur les traces des écoles nouvelles » lien vers l’article ici

08 septembre 2020. Séverin Graveleau, « Face à la crise due au coronavirus, la pratique de la “classe dehors” se popularise » lien vers l’article ici

04 décembre 2020, Isabelle Régnier, « A Paris, une crèche municipale démontable pour une ville plus durable » lien vers l’article ici

Le Figaro

25 septembre 2020. Caroline Beyer, « Et si l’avenir de l’école était le plein air? » lien vers l’article ici

Libération

04 mai 2020. Sibylle Vincendon, « Déconfinement : l’architecture des écoles pose une colle » lien vers l’article ici

28 mai 2020. Sibylle Vincendon, « Architecture des écoles : aux grands maux les modèles oubliés » lien vers l’article ici

31 août 2020. Johan Maviert, Interview « Ecole en plein air : “La différence est très nette en termes de bien-être et de motivation” » lien vers l’article ici

31 août 2020. Marie Piquemal, « Ecole : la ruée vers l’air » lien vers l’article ici

31 août 2020. Marie Piquemal, Témoignage « Il est inconcevable pour moi de refaire classe entre quatre murs » lien vers l’article ici


[1] Isabelle Régnier, « Une crèche municipale démontable pour une ville plus durable », Le Monde, 5 janvier 2021, p. 26.

[2] Pascale Krémer, « Les ravis de la crèche », Le Monde, 17-18 janvier 2021, p. 5.

[3] Voir : Anne-Marie Châtelet (dir.), L’école de plein air. Une expérience pédagogique et architecturale dans l’Europe du XXe siècle, Paris : Éditions Recherches, 2003.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search