Diagnostic environnemental et paysager des espaces extérieurs : définir les besoins avec les usagers

Illustration 1. Vue depuis la cour du collège Guynemer. Photo : Virginie Derveaux

La semaine dernière, a eu lieu au collège Guynemer de Nancy la deuxième phase du diagnostic environnemental et paysager des espaces extérieurs mené par deux étudiantes stagiaires de l’Université de Lorraine, Célia Langlois (en Master Géographie et aménagement) et Maureen Bega (en Licence Professionnelle Aménagement), sous la direction de Sylvie Dousset (professeure à l’Université de Lorraine, chercheure au LIEC). 

Cet établissement, construit à la fin des années 50 par l’architecte Henri Prouvé (1915-2012), a la particularité d’être implanté dans un tissu urbain très dense et peu végétalisé. Le bâtiment lui-même repose sur une dalle en dessous de laquelle se trouve le parking Saint-Thiebault. La cour est entourée d’une grille qui ouvre la perspective vers les tours de logement environnantes (ill. 1).

La deuxième étape du diagnostic a consisté en un atelier de médiation avec les collégiens de différents niveaux, allant de la 4ème à la 6ème, qui avait pour but de connaître leur ressenti par rapport à l’espace extérieur du collège et de préciser leurs envies et leurs besoins. 

L’atelier s’est déroulé en quatre temps :

  1. Une brève introduction de la part des étudiantes-stagiaires sur la nature et ce qui la définit, suivie d’une courte évaluation des connaissances en la matière des collégiens ;
  2. Une présentation des espaces extérieurs du collège et discussion avec les collégiens afin qu’ils indiquent avec des gommettes de couleur sur un plan les lieux où ils se rendent selon les aléas de la météo (lorsqu’il pleut, lorsqu’il fait chaud, lorsqu’il fait froid, lorsque le climat est idéal) ainsi que les endroits qu’ils aiment ou n’aiment pas fréquenter et pour quelles raisons ;
  3. Une visite des espaces extérieurs ;
  4. La réalisation d’un collage à partir de photos de la cour sur lesquelles les collégiens ont pu adosser du mobilier et des aménagements qu’ils souhaiteraient voir installer dans les espaces extérieurs. 
Illustrations 2-5. Déroulement des ateliers avec les collégiens encadrés par Célia Langlois

Bien que l’ensemble des données n’ait pas encore été traité, les échanges avec les collégiens ont permis d’observer que non-seulement ils souhaiteraient avoir plus de végétaux dans leur cour mais aussi plus de couleurs et de mobilier. Il est également possible de constater, à partir des collages qu’ils ont réalisés, que les plus jeunes participants à l’atelier ont été plus demandeurs d’éléments naturels (mare, végétation, pelouse, etc.) alors que les plus âgés d’entre eux ont plutôt ajouté du mobilier et des équipements sportifs (ill. 6 et 7).

illustrations 6-7. Photomontages réalisés en groupes par les collégiens qui ont participé à l’atelier

Potentiel environnemental et paysager des espaces extérieurs : diagnostic de quatre collèges de Nancy et de la Moselle

L’enquête de terrain menée début 2021 dans une douzaine d’établissements scolaires de la métropole de Nancy et dans le département de la Moselle a montré qu’une part importante des espaces extérieurs est sous-exploitée. Pourtant, ce sont la plupart du temps des espaces avec un grand potentiel paysager et environnemental, qui pourraient offrir un cadre de choix pour des activités pédagogiques, en particulier celles axées sur les questions de l’égalité des genres et du développement durable. 

Pendant les vagues les plus critiques de la crise sanitaire, certains enseignants ont opté pour l’enseignement en extérieur (Cf. article publié le 7 février 2021 « Covid-19 : le retour de l’enseignement de Plein air »), notamment afin de pallier à l’exigüité des locaux et toutes les difficultés inhérentes à l’aération nécessaire des salles de classe. Ils ont alors été confrontés au manque d’aménagement de ces espaces extérieurs, difficilement appropriables pour enseigner et pour apprendre. 

Dans la suite des réflexions engagées sur les espaces extérieurs dans le cadre du séminaire Écoles post-Covid et du concours Écosystèmes d’enseignement extérieur, deux étudiantes stagiaires de l’Université de Lorraine en Master Géographie et aménagement et en Licence professionnelle aménagement, vont réaliser sous la direction de Sylvie Dousset (professeure à l’Université de Lorraine, chercheure au LIEC), un diagnostic environnemental et paysager des espaces extérieurs de quatre collèges, qui aboutira à des recommandations en termes d’aménagement et de plantations en adéquation avec les caractéristiques de ces lieux. 

Afin de mettre en place la première étape de ce diagnostic, qui consiste à établir le profil du sol, les deux stagiaires et leur tutrice se sont d’ores et déjà rendues sur le terrain pour réaliser des forages afin d’analyser la structure et la composition du sol, ce qui leur permettra ensuite de définir quelles sont les végétaux les plus appropriés à planter sur le site. Cette première étape sera suivie de quatre ateliers avec des collégiens de chaque établissement, dont l’objectif sera de définir leurs attentes en termes d’aménagements et d’usages pour ces espaces afin de dégager de futures orientations de projet.