Potentiel environnemental et paysager des espaces extérieurs : diagnostic de quatre collèges de Nancy et de la Moselle

L’enquête de terrain menée début 2021 dans une douzaine d’établissements scolaires de la métropole de Nancy et dans le département de la Moselle a montré qu’une part importante des espaces extérieurs est sous-exploitée. Pourtant, ce sont la plupart du temps des espaces avec un grand potentiel paysager et environnemental, qui pourraient offrir un cadre de choix pour des activités pédagogiques, en particulier celles axées sur les questions de l’égalité des genres et du développement durable. 

Pendant les vagues les plus critiques de la crise sanitaire, certains enseignants ont opté pour l’enseignement en extérieur (Cf. article publié le 7 février 2021 « Covid-19 : le retour de l’enseignement de Plein air »), notamment afin de pallier à l’exigüité des locaux et toutes les difficultés inhérentes à l’aération nécessaire des salles de classe. Ils ont alors été confrontés au manque d’aménagement de ces espaces extérieurs, difficilement appropriables pour enseigner et pour apprendre. 

Dans la suite des réflexions engagées sur les espaces extérieurs dans le cadre du séminaire Écoles post-Covid et du concours Écosystèmes d’enseignement extérieur, deux étudiantes stagiaires de l’Université de Lorraine en Master Géographie et aménagement et en Licence professionnelle aménagement, vont réaliser sous la direction de Sylvie Dousset (professeure à l’Université de Lorraine, chercheure au LIEC), un diagnostic environnemental et paysager des espaces extérieurs de quatre collèges, qui aboutira à des recommandations en termes d’aménagement et de plantations en adéquation avec les caractéristiques de ces lieux. 

Afin de mettre en place la première étape de ce diagnostic, qui consiste à établir le profil du sol, les deux stagiaires et leur tutrice se sont d’ores et déjà rendues sur le terrain pour réaliser des forages afin d’analyser la structure et la composition du sol, ce qui leur permettra ensuite de définir quelles sont les végétaux les plus appropriés à planter sur le site. Cette première étape sera suivie de quatre ateliers avec des collégiens de chaque établissement, dont l’objectif sera de définir leurs attentes en termes d’aménagements et d’usages pour ces espaces afin de dégager de futures orientations de projet.        

Résultats du concours « Écosystèmes d’enseignement extérieurs »

Simon Obriot & Amélie Rabaça ont remporté le 1er prix avec leur projet Vice versa.

/// Article co-écrit avec Virginie Derveaux

Pendant la journée du 8 mars, s’est déroulé à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy (ENSA-Nancy) le jury du concours « Écosystèmes d’enseignement extérieurs » auquel ont participé des étudiants et jeunes diplômés des écoles d’architecture de la Région Grand-Est et du Luxembourg. La cérémonie de remise des prix, à laquelle ont été invités tous les participants, a eu lieu dans les locaux de l’ENSA-Nancy et a compté avec la présence des membres du jury, des chercheures de l’équipe Résilience Grand-Est et des représentants des différentes institutions partenaires. 

Le jury, présidé par la designer de renommée internationale matali crasset, était composé de Gauthier Bolle (architecte DPLG, maître de conférences en histoire et culture architecturales à l’ENSA-Strasbourg, chercheur à l’ARCHE), Virginie Derveaux (architecte DPLG, enseignante à l’ENSA-Nancy, chercheure associée au LHAC), Sylvie Dousset (Professeure en sciences des sols, Université de Lorraine, chercheure au LIEC), Charles Max (Professeur en sciences de l’éducation, Université de Luxembourg, chercheur au SnT), Maurice Mazalto (expert et consultant en architecture scolaire auprès des collectivités) et Benoît Sindt (architecte DPLG, enseignant à l’ENSA-Nancy). 

Les échanges nourris entre les membres du jury issus de divers univers et formations ont animé un débat soutenu sur plusieurs sujets comme la diversité des formes d’enseignement et les configurations spatiales qui permettraient à la fois la mise en place d’espaces de travail en petits groupes ou par classe entière. La dimension climatique des projets a été questionnée ainsi que leur approche constructive. La thématique du sol et du rapport que l’on entretient avec celui-ci a été au cœur des discussions, et s’est rapidement posé la question suivante : qu’est-ce qui fait lieu ? Et par extension qu’est-ce qui fait lieu pour apprendre ? Quel rapport au végétal peut offrir un dispositif ou une construction légère qui donnerait la possibilité d’enseigner à l’extérieur ?

Le premier prix a été attribué à l’unanimité du jury à un projet qui propose un dispositif adaptable largement ouvert sur son environnement sur la base d’un système de panneaux pivotants permettant plusieurs configurations spatiales.

À l’issu des délibérations :

• le 1er prix a été attribué au projet Vice Versa, soumis par Simon Obriot, étudiant de master 2 à l’ENSA-Strasbourg et Amélie Rabaça diplômée de l’ENSA-Strasbourg ; 

• le 2ème prix a été attribué au projet Pergol’air, soumis par Élie Croizié Hocquet et Zineb Tounesi, étudiants de master 2 à l’ENSA-Nancy ;

• le 3ème prix a été attribué au projet Walden, la scène des sens, soumis par Richard Pister, Louis Sutter et Anatole Gorin, diplômés de l’ENSA-Strasbourg ;

• les 2 mentions spéciales ont été décernées au projet Platerforme, soumis par Merwann Krati et Enzo Nicolle, diplômés de l’ENSA-Nancy, et Camille Lafrogne, diplômée de l’Université de Lorraine ; et au projet Inside out, soumis par Desmond Bast, diplômé de l’UniLu, avec Alborz Teymoorzadeh et Mattea Wehage, étudiants de master 2 à l’UniLu. 

Vice versa l Simon Obriot & Amélie Rabaça.
Pergol’air l Élie Croizié Hocquet et Zineb Tounesi.
Walden, la scène des sens l Richard Pister, Louis Sutter et Anatole Gorin

Les 5 projets lauréats seront réalisés en maquette par leurs auteurs au sein de l’atelier SMLXL de l’ENSA-Nancy, qui prendra en charge la fourniture des matériaux. Les maquettes seront présentées lors d’une exposition qui rassemblera les planches de rendu du concours dont la programmation est en cours.

Toutes nos félicitations aux équipes lauréates et nos plus chaleureux remerciements à tous les participants, aux membres du jury, aux établissements partenaires et aux institutions qui ont soutenu financièrement cette compétition : la DRAC Grand-Est, la Maison de l’architecture de Lorraine, le master en Architecture de l’Université du Luxembourg.

Covid-19 : le retour de l’enseignement de Plein air

Depuis la fin du confinement, au printemps 2020, nombreux ont été les articles parus dans la presse vantant les bienfaits de l’enseignement de plein air et ressortant des arcanes de l’histoire des modèles pédagogiques et architecturaux axés sur l’hygiène et la santé.

Les médias ont également relayé les expérimentations mises en place par les enseignants qui, dans l’urgence, ont opté pour la sortie des salles de classe et un apprentissages en-dehors des murs, afin de faciliter la mise en place de la distanciation physique exigée dans les protocoles sanitaires.

Ce fut également l’occasion pour des chercheurs et spécialistes du domaine de se prononcer et mettre en avant les bienfaits du contact des enfants avec la nature. Ce regain d’intérêt pour les pratiques pédagogiques en rapport à l’environnement naturel s’inscrit plus largement dans un mouvement de « retour à la nature » exacerbé par les confinements successifs, surtout dans les grandes métropoles où la qualité et la surface des logements est de plus en plus réduite. 

Au mois de décembre dernier, un article dans Le Monde[1] annonçait l’installation d’une crèche démontable et temporaire au parc du Luxembourg, en plein cœur de Paris. Si cela semble un fait suffisamment exceptionnel pour être remarqué, un autre article publié en début d’année[2] montrait qu’en réalité il ne s’agit pas d’une expérimentation isolée. En effet, il existe à Paris, depuis les années 80, des structures d’accueil qui ont décidé de renouer avec le contact à la nature, laissant les enfants à l’extérieur tant que les conditions climatiques le permettent (pas en dessous de 0 °C). En 2004 la Forest International School Paris, une institution bilingue, privée et hors contrat, s’est installée aux abords de la forêt de Marly-le-Roi. Y sont accueillis des enfants de l’âge de 2 à 15 ans dont une partie des cours a lieu dans la forêt.

Comme dans d’autres pays européens, la pédagogie en forêt connaît au Luxembourg un nouvel essor, puisque plusieurs Bëschklass (maternelle de forêt) et Bëschcrèche (crèche de forêt) ont vu le jour depuis le début des années 2000. Le pays renoue ainsi avec une pratique pédagogique initiée en 1913 à Dudelange, avec la construction de la première école de forêt du Luxembourg qui sera suivie, en 1928, par celle d’Esch-sur-Alzette, en fonctionnement encore aujourd’hui. La construction de ces deux écoles s’inscrit dans un mouvement plus large, celui des Waldschule, initié en Allemagne en 1904[3].

Face au consensus qui semble se dégager de ces pratiques, le Ministère de l’éducation nationale s’est saisi de la question et a mis à disposition depuis le mois de juin 2020 un certain nombre de documents sur sa plateforme Archi classe, afin de guider les enseignants dans la pratique de deux approches pédagogiques en extérieur : la classe de « pleine nature », où la nature est source d’apprentissage, et celle de « plein air », où l’espace extérieur est une extension de la classe.

Hormis les avantages que présente l’enseignement de plein air dans le cadre de la pandémie actuellement en cours, il conviendrait de s’interroger sur l’intérêt que pourrait avoir le développement d’une pédagogie axée sur la nature, non seulement dans les niveaux périscolaires, mais aussi au-delà (comme cela commence à se faire en Belgique et en Suisse), surtout, au regard des enjeux sanitaires et environnementaux auxquels est confrontée l’ensemble de la société aujourd’hui. Outre les bénéfices que pourraient en tirer les différents acteurs de la communauté éducative à différents niveaux, cela permettrait de tendre vers une sensibilisation plus systématique à la préservation des milieux et de l’environnement.

Liste non-exhaustive des articles parus sur le sujet dans les principaux quotidiens français depuis le printemps 2020 :

Le Monde

27 avril 2020. Collectif, « Coronavirus : “ Et si nous faisions la classe dehors ? ” » lien vers l’article ici

18 juin 2020. Pascale Krémer, « Coronavirus : les activités de plein air plébiscitées par les Français » lien vers à l’article ici

16 juillet 2020. Isabelle Regnier, « Architecture : A Suresnes, sur les traces des écoles nouvelles » lien vers l’article ici

08 septembre 2020. Séverin Graveleau, « Face à la crise due au coronavirus, la pratique de la “classe dehors” se popularise » lien vers l’article ici

04 décembre 2020, Isabelle Régnier, « A Paris, une crèche municipale démontable pour une ville plus durable » lien vers l’article ici

Le Figaro

25 septembre 2020. Caroline Beyer, « Et si l’avenir de l’école était le plein air? » lien vers l’article ici

Libération

04 mai 2020. Sibylle Vincendon, « Déconfinement : l’architecture des écoles pose une colle » lien vers l’article ici

28 mai 2020. Sibylle Vincendon, « Architecture des écoles : aux grands maux les modèles oubliés » lien vers l’article ici

31 août 2020. Johan Maviert, Interview « Ecole en plein air : “La différence est très nette en termes de bien-être et de motivation” » lien vers l’article ici

31 août 2020. Marie Piquemal, « Ecole : la ruée vers l’air » lien vers l’article ici

31 août 2020. Marie Piquemal, Témoignage « Il est inconcevable pour moi de refaire classe entre quatre murs » lien vers l’article ici


[1] Isabelle Régnier, « Une crèche municipale démontable pour une ville plus durable », Le Monde, 5 janvier 2021, p. 26.

[2] Pascale Krémer, « Les ravis de la crèche », Le Monde, 17-18 janvier 2021, p. 5.

[3] Voir : Anne-Marie Châtelet (dir.), L’école de plein air. Une expérience pédagogique et architecturale dans l’Europe du XXe siècle, Paris : Éditions Recherches, 2003.